A son procès en appel, François Fillon défend la présence locale "essentielle" de son épouse

"Le rôle principal que j'avais confié à mon épouse, c'est d'être présente sur le terrain", a déclaré l'ancien Premier ministre lors de son procès en appel. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François et Pénélope Fillon arrivent au tribunal de Paris, le 22 novembre 2021. (THOMAS COEX / AFP)

"Pénélope travaillait sur mon implantation locale." A son procès en appel à Paris pour des soupçons d'emplois fictifs de son épouse, l'ancien Premier ministre François Fillon a défendu lundi 22 novembre le caractère "essentiel" des missions exercées par sa femme dans la Sarthe. "Le rôle principal que j'avais confié à mon épouse, c'est d'être présente sur le terrain", de "créer ce lien personnel, ce lien de confiance" avec les habitants, a-t-il ajouté. "C'est un travail permanent de maillage de la circonscription (...) qui, exercé pendant une longue période, est irremplaçable."

Le remplacer aux repas des anciens, recevoir des habitants chez eux, trier le courrier et y détecter des "revendications" ou des "broncas"... Autant d'activités que réalisait Pénélope Fillon, selon son époux, qui peuvent sembler éloignées des enjeux nationaux mais sont "indispensables" car "ça vous donne votre légitimité" auprès des électeurs. Le président de la cour a toutefois relevé que très peu de personnes savaient qu'elle était son assistante parlementaire et a souligné au détour d'une question la "forte tonalité immatérielle" de cette "collaboration". "Le fait que ce soit mon épouse qui me représente, c'est mieux que ça soit ma collaboratrice", a répondu François Fillon. Et de reconnaître : "On aurait pu s'y prendre autrement."

L'ex-candidat de droite à la présidentielle de 2017, dont la campagne avait été marquée par l'explosion du "Penelopegate", a aussi critiqué une enquête qui "n'aurait jamais dû avoir lieu" dans ce "contexte". Le "climat de passion exacerbée d'une campagne présidentielle influe sur les témoignages", qui sont chargés "d'arrières-pensées, qu'ils soient positifs ou négatifs", a-t-il argué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires Fillon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.