Fatima Allaoui rejoint le Front national

Démise de ses fonctions de secrétaire national de l'UMP lundi en raison de son appartenance au parti d'extrême droite SIEL, Fatima Allaoui a annoncé vendredi son ralliement au Front national de la région Languedoc-Roussillon.

(Fatima Allaoui © Maxppp)

C'est le vice-président du FN et conseiller régional en Languedoc-Roussillon Louis Alliot qui l'a annoncé le premier dans un tweet de félicitations. Chassée de l'UMP qui l'a démise de ses fonctions de secrétaire nationale à la formation professionnelle en raison de son appartenance au parti d'extrême droite SIEL, Fatima Allaoui part donc trouver refuge au Front national. 

Un volte-face que Fatima Allaoui assume sans complexes : "Tous les soutiens sont les bienvenus pour m'aider à gagner les élections. Moi je pense qu'on a le droit de se remettre en question ". Quitte à renier ses idées d'hier : "J'ai envie d'être plus proche de ce que veulent les gens. Et si pour cela il me faut changer ma posture, changer d'avis politiquement je trouve que c'est nécéssaire parce que c'est ce qu'il faut faire pour améliorer la vie quotidienne des gens", a expliqué la transfuge.

"On a le droit de se remettre en question" Fatima Allaoui, nouvellement membre du groupe FN de la région Languedoc-Roussillon au micro de Claire Moutarde de France Bleu Hérault
--'--
--'--

De l'opposition au ralliement

Surprenant quand on sait que Fatima Allaoui s'était plaint en mai 2013 de s'être fait agresser par une militante FN, et qu'elle avait manifesté le 27 mars contre le FN à Béziers, allant même jusqu'à participer à une réunion contre la candidature de Robert Ménard intitulée "Les loups sont entrés dans Béziers". Pour ce qui est de son adhésion au SIEL, Fatima Allaoui l'avait qualifiée en début de semaine de "crise d'adolescence politique " expliquant avoir agi "par désespoir de cause et pour augmenter ses chances d'être élue".

Nathalie Kociusko-Morizet n'avait pas caché sa surprise en découvrant l'appartenance de Fatima Allaoui à ce petit parti d'extrême droite. A notre antenne, elle expliquait : "C'est inimaginable au regard de son parcours. Je l'avais justement repérée pour des raisons opposées car elle a toujours été identifiée comme une élue UMP, très engagée dans la lutte contre le FN" . Sur son compte Twitter, elle avait été jusqu'à parler de "confiance trahie". "Moi, je l'ai toujours vue comme une femme dynamique, ayant un profil intéressant car je veux faire la promotion d’une jeune femme issue de la diversité, qui est psychologue en milieu hospitalier ". Une psychologue dont le diagnostic politique est visiblement changeant.