Cet article date de plus de quatre ans.

Pour Marine Le Pen, interdire l'accès à Mediapart à ses Estivales est "la moindre des choses"

Mediapart ne sera pas admis aux "Estivales de Marine Le Pen". Une décision du Front National qui n'a rien à voir avec la liberté d'expression, selon sa présidente, qui s'est aussi exprimée à propos du polémiste Éric Zemmour, suite à l'annulation d'une de ses conférences à Marseille.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 9 septembre 2016. (CITIZENSIDE/FRANCOIS PAULETTO / CITIZENSIDE)

La présidente du Front National, Marine Le Pen, a accusé samedi matin sur France Bleu Provence le Parti socialiste marseillais de "s'enfoncer dans une dérive sectaire" pour avoir demandé l'annulation d'une conférence du polémiste Éric Zemmour, à Marseille jeudi prochain, tout en estimant dans le même temps qu'interdire l'accès aux "Estivales" [les journées de rentrée de son parti organisées à Fréjus, NDLR] aux journalistes de Mediapart et de Quotidien, l'émission de Yann Barthès sur TMC, était "la moindre des choses".

"La liberté d'expression ne peut pas s'arrêter à ceux qui pensent comme le Parti socialiste", a d'abord expliqué la présidente du FN à propos de la venue contestée [par des élus PS notamment, NDLR] du polémiste Éric Zemmour pour une conférence à Marseille.

"Tout le monde sait que j'ai un certain nombre de divergences avec Éric Zemmour. Mais la liberté d'expression, c'est précisément le droit donné à ceux qui ne pensent pas comme vous d'exprimer leurs idées. Je trouve que le Parti socialiste s'enfonce dans une dérive de plus en plus sectaire et de plus en plus éloignée des principes qui régissent notre République française", a expliqué Marine Le Pen.

Mediapart et Yann Barthès, évincés des Estivales

Interrogée en retour sur la décision du Front National de refuser l'accréditation des journalistes de Mediapart et de l'émission "Quotidien", de Yann Barthès, aux journées de rentrées de son parti, ce week-end, à Fréjus, Marine Le Pen n'y a vu aucune contradiction avec ce qu'elle venait de dire sur la liberté d'expression.

"Je ne vois pas le rapport, le Front National n'empêche pas Mediapart de s'exprimer, a rétorqué Marine Le Pen. En 2012, Mediapart a dit 'nous inviterons tous les candidats, sauf Marine Le Pen. Et bien Marine Le Pen invite tous les journalistes, sauf Mediapart'".

"Ca me paraît être la moindre des choses. Soit on est un journaliste, et on est pluraliste et on essaie d'être honnête de temps en temps, soit on se comporte comme un militant politique, et je n'ai pas de raison de recevoir des militants politiques dans nos manifestations. Ca fait cinq ans que ça dure et ça sent un peu la polémique réchauffée", s'est défendue la présidente du Front National.

"Marine Le Pen invite tous les journalistes, sauf Mediapart"
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.