Cet article date de plus de six ans.

En Conseil national, l'UMP face à "ses différences"

Lors du Conseil national de l’UMP, ce samedi à la Mutualité à Paris, Nicolas Sarkozy a appelé son parti “à débattre, parce qu’il y a des différences” en son sein. Une allusion à la cacophonie sur la conduite à tenir lors de duels entre le PS et le FN. Alain Juppé a, lui, été en partie hué lors de sa prise de parole.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nicolas Sarkozy le 29 janvier 2015. © Maxppp)

Devant quelques centaines de conseillers nationaux, réunis ce samedi à la Mutualité à Paris, à l’occasion du Conseil national de l’UMP, Nicolas Sarkozy a souhaité que son parti puisse débattre sereinement en tenant compte des différences qui existent en son sein.

La semaine a été marquée dans le parti par la cacophonie sur la conduite à tenir en cas de duel FN-PS. Pour le président de l’UMP, le parti a "la responsabilité de conduire le pays en sortant des idées du XIXe et XXe siècles, pour aller vers celles du XXIe ", en réfléchissant notamment sur les questions de "santé, de protection de l'environnement, de la spécificité de nos paysages... ". “Il faut débattre parce qu'il y a des différences " dans le parti, a lancé le président de l'UMP.

A LIRE AUSSI ►►► L'UMP éparpillée façon puzzle

Un peu plus tard, c'est Alain Juppé qui a pris la parole. Le candidat à la primaire de l'UMP en 2016 a été hué par une partie des conseillers quand il a appelé, pour combattre le Front national, à un "rassemblement de la droite et du centre (...) de l'UDI et même du MoDem ". Il a été en revanche applaudi quand il a dit qu'il se battrait pour "une France heureuse ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.