VIDEO. "Je frappe, je tape, je move, je cogne et j'ai eu Hanouna au phone" : le rap gênant de Christophe Barbier pour Emmanuel Macron

Après son rap fictif et polémique prêté à la conseillère du président Sibeth Ndiaye, l'éditorialiste récidive sur RMC.  

Le journaliste Christophe Barbier sur RMC, le 2 janvier 2018. 
Le journaliste Christophe Barbier sur RMC, le 2 janvier 2018.  (RMC)

"Gaspard, Melchior et Balthazar étaient tous de sacrés lascars mais ils n'étaient que des rois mages, moi je suis le roi image." Cette phrase, ou plutôt cette punchline, est signée Christophe Barbier. Après son rap fictif et polémique prêté à la conseillère du président Sibeth Ndiaye, l'éditorialiste a récidivé  la semaine dernière dans L'Express. Un texte qui est directement adressé à Emmanuel Macron, cette fois-ci et qu'il a interprété en musique sur RMC mardi 2 janvier.

"Le Jup, le prez, l'ego man, yeah I am the selfie made man, j'ai 40 ans, c'est deux fois 20, j'ai toutes mes dents, c'est pas en vain, j'ai donné un grand coup de balais avant d'avoir 40 balais. Je frappe, je tape, je move, je cogne et j'ai eu Hanouna au phone", a déclamé Christophe Barbier, sous les rires de la présentatrice de l'émission, Maïtena Biraben, qui a tweeté l'extrait.  

Un rap en août déjà

Dans la rubrique "Le roman du kid président", publiée dans L'Express mercredi 16 août, l'éditorialiste avait imaginé comme à son habitude la semaine vécue par le chef de l'Etat. Mais un passage de l'article avait fait tiquer sur les réseaux sociaux : dans cet extrait, Christophe Barbier imaginait un rap, déclamé par la conseillère presse du président, Sibeth Ndiaye, à destination d'Emmanuel Macron. Attribuer un rap à la seule membre noire de la garde rapprochée d'Emmanuel Macron avait créé la polémique, certains l'accusant de racisme. Christophe Barbier avait expliqué à franceinfo avoir choisi cette conseillère, repérée dans le documentaire Macron, les coulisses d'une victoire, car elle est, selon lui, "très haute en couleur, très moderne, parlant très cru"