Pour Ségolène Royal, Emmanuel Macron "a la fibre écologiste"

Ex-ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer sur le départ, Ségolène Royal est l'invitée du Grand Soir 3 ce mercredi 10 mai.

Voir la vidéo
France 3

"C'est vrai que pendant la campagne présidentielle la question de l'écologie a été assez peu évoquée", concède Ségolène Royal dans le Grand Soir 3 ce mercredi. "Peut-être parce que beaucoup de choses ont été faites dans le quinquennat. Emmanuel Macron a dit que ce travail serait poursuivi", note-t-elle. Et d'ajouter : "Je pense qu'il a la fibre écologiste. Je l'ai côtoyé quand il était ministre de l'Industrie. Sur le nucléaire, il a parfaitement adhéré à la réduction de la part du nucléaire".

Ségolène Royal ne veut pas dire si elle accepterait de rester ministre de l'Écologie si Emmanuel Macron lui demandait car elle dit "respecter les institutions". "De toute façon, quel que soit mon avenir, je continuerai à m'engager dans le combat pour la justice climatique".

Trump est "un danger"

La cacophonie autour des législatives et des candidatures PS ou En Marche ! de Manuel Valls l'attriste. "La pagaille qui surgit sur les étiquettes et les créations de partis est très mal venue. On est reparti avec le bal des egos et ça gâche le nouvel élan, l'enthousiasme, le dynamisme nés de la victoire du nouveau président".

Donald Trump remet en cause l'accord de Paris sur le climat. "C'est un danger. Les États-Unis sont un gros pollueur. Il faut impérativement que les États-Unis se ressaisissent. Les entreprises, les villes, les fonds d'investissement doivent se mobiliser pour être des contre-pouvoirs", lance Ségolène Royal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement, de l\'Énergie et de la Mer, le 12 avril 2017 à l\'Élysée.
Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, le 12 avril 2017 à l'Élysée. (GABRIEL BOUYS / AFP)