Cet article date de plus d'un an.

Politique : les policiers mécontents du passage d’Emmanuel Macron sur Brut

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Politique : les policiers mécontents du passage d’Emmanuel Macron sur Brut
France 3
Article rédigé par
S.Neumayer, A.Jacquet, P.Lagaune, A.Da Silva - France 3
France Télévisions

Emmanuel Macron s’est entretenu durant plus de deux heures, vendredi 4 décembre, avec les journalistes de Brut. L’annonce de la création d’une plateforme anti-discrimination ne passe pas chez les syndicats de policiers.  

"On veut installer l’idée qu’il y a une violence consubstantielle à la police […] ça c’est non", a tout d'abord déclaré le chef de l’Etat, vendredi 4 décembre, lors d’un entretien avec Brut. Afin de lutter contre les contrôles au faciès, il a par la suite annonce la création d’une "plateforme commune pour que les gens puissent dénoncer de manière très simple, unique et nationale".  

Les syndicats en colère  

L'initiative ne passe pas chez les policiers. "Jamais un président de la République n’a parlé de sa police comme il en a parlé hier. On a été fustigés comme jamais", estime Davido Reverdy, secrétaire national adjoint du syndicat Alliance Police Nationale, interrogé par France Télévisions. En réponse, les syndicats appellent donc collectivement leurs collègues à cesser les contrôles et les patrouilles. La nouvelle plate-forme de signalement des discriminations sera lancée en janvier 2021.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.