Politique : la réforme constitutionnelle fait débat

Le président de la République entend apporter quelques modifications à la constitution afin de limiter les mandats parlementaires. Mais pour ce faire, il faudra d'abord convaincre lesdits parlementaires ou passer par un référendum.

FRANCE 3

Emmanuel Macron souhaite établir de nouvelles règles au sein des institutions parlementaires. La journaliste Patricia Issa-de Grandi revient en détail sur ce projet de réforme qui ne fait pas l'unanimité. Elle explique : "Dans l'esprit d'Emmanuel Macron, la réforme présente trois piliers. Il y a la réduction du nombre de parlementaires, la limitation dans le temps du nombre de mandats électifs et l'introduction d'une dose de proportionnelle." La journaliste précise qu'à ce jour, "les deux premières propositions posent problème et ne font pas consensus".

Réactions à droite comme à gauche

Convaincre les parlementaires s'annonce difficile. Patricia Issa-de Grandi ajoute : "La gauche s'oppose à la réduction du nombre de parlementaires et la droite, elle, voit d'un mauvais oeil la limitation dans le temps à trois mandats électifs pour un même mandat. Or, pour réformer la constitution, il faut obtenir la majorité des trois cinquièmes en congrès. Le sénat étant à majorité à droite, il risque de faire blocage". Le Premier ministre devra convaincre. La journaliste conclut : "Comme d'habitude, Édouard Philippe est à la manoeuvre en première ligne pour tenter de déminer le terrain sur ce sujet sensible. Les discussions devraient encore durer une dizaine de jours et le projet de réforme devrait être présenté entre fin avril et début mai. Si la voie parlementaire venait à bloquer, Emmanuel Macron pourrait faire le choix de passer par un référendum.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d\'un discours, à Lyon (Rhône), le 19 février 2018.
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d'un discours, à Lyon (Rhône), le 19 février 2018. (FRANCK CHAPOLARD / CROWDSPARK / AFP)