Politique : Emmanuel Macron agace les syndicats policiers après son passage sur Brut

Emmanuel Macron a accordé vendredi 4 décembre une interview au média Brut. L’annonce de la création d’une plateforme anti-discrimination a mis en colère les syndicats de policiers.  

France 2

Le chef de l’État a tout d’abord soutenu la police. "On veut installer l’idée qu’il y a une violence consubstantielle à la police […] ça c’est non", a déclaré Emmanuel Macron, vendredi 4 décembre, lors d’un entretien avec Brut. Il a ensuite reconnu l’existence de contrôles au faciès en assurant qu’aujourd’hui "quand on a une couleur de peau qui n’est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé", et annoncé la création d’une "plateforme commune pour que les gens puissent dénoncer de manière très simple, unique et nationale".  

La colère des syndicats policiers

Chez plusieurs syndicats policiers, la mesure ne passe pas. "Jamais un président de la République n’a parlé de sa police comme il [en] a parlé hier. On a été fustigés comme jamais", estime Davido Reverdy, secrétaire national adjoint du syndicat Alliance Police Nationale, interrogé par France Télévisions. En réponse, les syndicats appellent donc collectivement leurs collègues à cesser les contrôles et les patrouilles. La nouvelle plateforme de signalement des discriminations sera lancée en janvier 2021.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron lors de son interview par le média en ligne Brut, le 4 décembre 2020.
Emmanuel Macron lors de son interview par le média en ligne Brut, le 4 décembre 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)