Nouvelle-Calédonie : les électeurs disent "non" à l'indépendance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Nouvelle-Calédonie : les électeurs disent "non" à l'indépendance
France 2
Article rédigé par
T. Curtet, O. Pergament, Nouvelle-Calédonie la 1ère, N. Nouzières - France 2
France Télévisions

Dimanche 4 octobre, les habitants de la Nouvelle-Calédonie étaient appelés à s’exprimer par référendum sur l'indépendance de l'île. Le "non" l'a emporté, même si le vote indépendantiste a progressé, indique France 2. 

Dimanche 4 octobre, la Nouvelle-Calédonie a choisi de refuser l’indépendance lors d'un référendum. Le « non » l’emporte avec 53,26 % des voix. Mais le camp des loyalistes était à plus de 56 % lors du référendum de 2018. L’écart entre anti et pro-indépendance s’amenuise. La participation a connu une très forte hausse : plus de 85 % des Néo-Calédoniens se sont rendus aux urnes. 

La société néo-calédonienne est divisée

Le président de la République tend la main aux indépendantistes. "J’entends la voix de celles et ceux qu’animent la volonté de l’indépendance, et je veux leur dire : c’est avec vous, ce n’est qu’ensemble que nous construirons la Nouvelle-Calédonie de demain", a déclaré Emmanuel Macron. Dimanche 4 octobre au soir, sur l’île, personne ne triomphe : les deux camps en appellent à l’État pour renouer le dialogue. 32 ans après les accords de Matignon, la société néo-calédonienne est plus que jamais divisée sur son avenir. "Se pose maintenant la question d’un troisième référendum rendu possible par l’accord de Nouméa. Les indépendantistes y sont favorables. Les non-indépendantistes préfèreraient négocier un nouveau statut, un nouveau projet pour la Nouvelle-Calédonie qui serait ensuite soumis à référendum", rapporte la journaliste Nathalie Nouzières, en direct de Nouméa pour France 2. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.