Méditerranée orientale : le président turc Recep Tayyip Erdogan avertit Emmanuel Macron de ne pas "chercher querelle à la Turquie"

Le président français et ses six homologues du sud de l'Union européenne ont exhorté jeudi Ankara à cesser sa politique de "confrontation" en Méditerranée orientale

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le 12 septembre 2020, à Ankara (Turquie). (MURAT KULA / ANADOLU AGENCY / AFP)

La brouille se confirme entre Paris et Ankara. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti samedi 12 septembre son homologue français Emmanuel Macron de "ne pas chercher querelle à la Turquie" alors que la tension monte entre les deux pays à propos de la situation en Méditerranée orientale.

Le président français et ses six homologues du sud de l'Union européenne ont exhorté jeudi la Turquie à cesser sa politique de "confrontation" en Méditerranée orientale, agitant le spectre de sanctions européennes si Ankara continue à contester les droits d'exploration gazière de la Grèce et de Chypre.

La Grèce et Chypre en première ligne face à la Turquie

La Grèce et Chypre sont en première ligne face à la Turquie, qui revendique le droit d'exploiter des gisements d'hydrocarbures dans une zone maritime qu'Athènes estime relever de sa souveraineté. Ces dernières semaines, ces pays ont montré leurs muscles à coups de déclarations martiales, de manœuvres militaires et d'envois de navires sur zone.

La France a clairement affiché son soutien à la Grèce en déployant des navires de guerre et des avions de combat dans la région, une initiative vivement dénoncée par le président turc.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.