"Les maires ont été unanimes, tout le monde est favorable à fin juin pour le deuxième tour", raconte un participant à la visioconférence avec Emmanuel Macron

Michel Fournier, maire des Voivres (Vosges) et premier vice-président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF), revient sur la visioconférence de mardi entre Emmanuel Macron et une vingtaine de présidents d'associations de maires ou maires de grandes villes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michel Fournier, maire des Voivres (Vosges), en janvier 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Les maires ont été unanimes, tout le monde est favorable à fin juin pour le deuxième tour", raconte Michel Fournier, maire des Voivres, dans les Vosges et premier vice-président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF) qui a participé à la visioconférence du mardi 19 mai avec Emmanuel Macron. Cette réunion, qui a duré 4h30, a surtout été l'occasion pour le président de la République d'écouter et d'avoir un retour d'expérience, selon Michel Fournier. "On a parlé de l'élection municipale et notamment de l'éventualité du deuxième tour, explique-t-il. C'est vrai qu'il y a eu une évidence. Les 20 intervenants, qu'ils soient présidents d'associations de maires ou maires de ville, essentiellement de grandes villes, ont tous été unanimes."

Tout le monde est favorable à fin juin pour le deuxième tour. Le président a simplement souligné que c'était très encourageant, cette unanimité.

Michel Fournier

à franceinfo

En tant que vice-président de l'AMRF, il a fait passer deux messages. "L'un de ces messages était d'être favorable d'une façon globale au deuxième tour en juin, pour que les exécutifs soient en place, pour que les communautés de communes, communautés, agglomérations puissent travailler sereinement et se mettre en place avant l'été. Il ne faut pas oublier que dans la relance économique, les acteurs que sont les collectivités sont les principaux pourvoyeurs de chiffre d'affaires pour toute une économie liée au bâtiment, aux travaux publics, etc. Aujourd'hui, il n'y a pas d'exécutif fort en place."

Un deuxième tour pour les communes de moins de 1 000 habitants

Son deuxième message concernait plus particulièrement les petites communes. "Nous, nous proposons une solution pour les communes de moins de 1 000 habitants, ces communes où le scrutin a lieu au panachage, pas par liste, et où souvent, il manque un ou deux conseillers. J'ai proposé qu'on puisse faire un deuxième tour pour ces communes de moins de 1 000 habitants rapidement, même si le deuxième tour n'avait pas lieu [fin juin pour l'ensemble des communes]".

Cette réunion a aussi été l'occasion d'un retour d'expérience sur la reprise des écoles, de questionnements sur les activités sportives ou encore sur les finances locales, a également indiqué Michel Fournier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.