Législatives : un député PS brigue l'investiture En marche !, le mouvement de Macron lui préfère une ex-collaboratrice de Juppé et Fillon

Candidat à sa succession dans la 9e circonscription de l'Essonne, le socialiste Romain Colas a eu la surprise de découvrir que le mouvement d'Emmanuel Macron investissait une ancienne collaboratrice de la campagne Fillon dans sa circonscription.

Le député socialiste Romain Colas, le 8 septembre 2016 à Boussy-Saint-Antoine (Essonne).
Le député socialiste Romain Colas, le 8 septembre 2016 à Boussy-Saint-Antoine (Essonne). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

C'est un militant qui l'a alerté. "J'étais en réunion, il m'a envoyé un texto pour me dire que Marie Guévenoux était investie par En marche ! pour les législatives." Au lendemain de l'annonce des investitures du mouvement d'Emmanuel Macron, jeudi 11 mai, Romain Colas n'en revient toujours pas. Député PS sortant de la 9e circonscription de l'Essonne, il n'avait jamais entendu ce nom. Son militant, lui, a tout de suite lu la fiche Wikipedia de l'intéressée : ancienne présidente des Jeunes avec Madelin, des Jeunes Populaires de l'UMP, membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé puis de François Fillon.

>> Suivez les dernières informations sur les législatives dans notre direct.

"Son profil est très conservateur. Pour un mouvement progressiste, on a fait mieux...", dénonce Romain Colas, candidat à sa propre succession. Investi par le PS depuis plusieurs semaines, l'élu de 37 ans avait pourtant été approché par En marche ! après avoir déclaré publiquement qu'il était prêt à travailler avec Emmanuel Macron. "J'ai été appelé par des camarades socialistes qui avaient rejoint En marche ! depuis longtemps. Je me demande s'ils n'étaient pas inquiets du tropisme droitier que prenait le mouvement, raconte-t-il. Ils m'ont donné l'adresse, j'ai transmis les documents et rempli le formulaire [pour obtenir l'investiture En marche !]." Il ne sera jamais recontacté.

"La modernisation de la vie politique, ce n'est pas la généralisation des vieilles pratiques"

Un peu déçu de ne pas voir son nom dans la liste, Romain Colas se dit surtout remonté contre le profil de son adversaire. "La modernisation de la vie politique, je ne savais pas que c'était la généralisation des vieilles pratiques, avec le parachutage de gens hors-sol", dénonce celui qui est aussi maire de Boussy-Saint-Antoine.

Il y a une formidable distorsion entre le message du président et ce qu’il se passe sur le terrain.Romain Colas, député PS de l'Essonneà franceinfo

Contacté par franceinfo, Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture d'En marche !, défend le choix de Marie Guévenoux. "C'est une candidate qui a une très belle réputation. Elle était très impliquée auprès de M. Juppé et elle a quitté la campagne de M. Fillon en mars [tout en restant rémunérée jusqu'à l'élection présidentielle, comme l'a révélé Marianne]. Son profil correspond à la volonté d'ouverture du nouveau président de la République", justifie-t-il.

Manifestement assailli de questions sur les candidats malheureux à l'investiture, Jean-Paul Delevoye espère que ces derniers comprendront. "Nous souhaitons que, passé le moment de la déception, chacun retrouve l'esprit du mouvement". S'il est élu, Romain Colas, lui, se dit prêt à travailler avec le nouvel exécutif.