Cet article date de plus de trois ans.

Invitation des maires de France à l'Elysée : "Un extraordinaire pied de nez à la décentralisation"

André Laignel, le premier vice-président PS de l’Association des maires de France, a réagi sur franceinfo à l'absence annoncée d'Emmanuel Macron au prochain congrès des maires de France. 

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
André Laignel en novembre 2017.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Emmanuel Macron invitera les maires de France à l'Élysée, mais n'ira pas à leur congrès qui se déroulera du 19 au 22 novembre. "C'est un extraordinaire pied de nez à la décentralisation", a réagi jeudi 15 novembre sur franceinfo André Laignel, le premier vice-président PS de l’Association des maires de France (AMF). Selon lui, c'est un "non-sens" qui sera ressenti "très durement par l'ensemble des maires de France".   

franceinfo : Emmanuel Macron ne viendra pas au congrès des maires de France. Comment le prenez-vous ?

André Laignel : Si c'est confirmé, puisqu'officiellement nous n'avons pas reçu de courrier répondant à notre invitation, ce serait une bien mauvaise manière. Mais ce n'est pas la première. Nous avons entendu expliquer en permanence que les élus locaux étaient trop nombreux, dépensiers, inefficaces et même, c'est une antienne du président de la République, clientélistes. Ce qui est reçu par les élus comme une véritable injure. Il y a ce mépris qui touche au plus profond d'eux-mêmes les élus. Ils sont à 90% totalement bénévoles, dévoué à leur commune.

Emmanuel Macron invitera les maires à l'Élysée. C'est symbolique ?

C'est un extraordinaire pied de nez à la décentralisation. Voilà que le lieu de la décentralisation serait l'Élysée, c'est à dire le lieu de l'hyper concentration. C'est un non-sens et cela sera ressenti très durement, très négativement, par l'ensemble des maires de France.

Un maire sur deux ne souhaite pas se représenter aux municipales de 2020. Vous comprenez pourquoi ?

Il y a de nombreuses raisons. Il y a la baisse de moyens considérable pour les communes. Il y a les exigences de nos concitoyens, souvent légitimes, mais auxquelles les élus ne sont plus capables de répondre. Il y a une forme de dédain, parfois de mépris à l'égard des élus locaux qui les blessent profondément. Et il y a la difficulté de la tâche qui s'est accrue. L'administration est de plus en plus complexe et prégnante.

Est-ce que le mouvement des gilets jaunes n'est pas poussé par les maires des petites communes ?

Qu'il y ait des maires qui s'engagent dans ce mouvement, c'est la réalité, comme s'engagent de nombreux citoyens. Mais ce n'est pas un mouvement des maires, bien évidemment. Mais c'est le signe d'un ras le bol général, d'une démocratie qui entre en déliquescence. Il est urgent de réagir, de redonner à la proximité, c’est-à-dire aux communes, la capacité de répondre aux attentes des citoyens. La démocratie locale, c'est ce qui permet le vivre ensemble. Battons-nous pour que ce vivre ensemble continue à être au cœur de la République. C'est à cela que nous nous engageons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.