Extension du pass sanitaire : la Fédération des cinémas craint une baisse de la fréquentation de ses salles

Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé l'extension du pass sanitaire aux lieux de loisirs et de culture, dès le 21 juillet prochain, Marc-Olivier Sebbag, le délégué général de la Fédération nationale des cinémas de France, déplore une "précipitation" et prévient que le pass sanitaire sera "extrêmement compliqué à mettre en œuvre".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La salle de cinéma du Palace à Mulhouse. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

"Ce qui nous choque, c'est la rapidité et l'urgence", déplore lundi 12 juillet sur franceinfo le délégué général de la Fédération nationale des cinémas de France (FNCF), Marc-Olivier Sebbag, alors qu'Emmanuel Macron a annoncé l'extension du pass sanitaire aux lieux de loisirs et de culture, dès le 21 juillet prochain. Cela lui fait craindre "une chute de la fréquentation".

La culture est visée dans des délais très courts, alors que les autres secteurs, y compris moins encadrés comme les bars et les restaurants seront concernés au mois d'août. On ne comprend pas pourquoi, comme à plusieurs reprises durant cette crise, la culture subit des mesures avant les autres.

Marc-Olivier Sebbag

à franceinfo

Marc-Olivier Sebbag déplore cette "précipitation" et prévient que le pass sanitaire sera "extrêmement compliqué à mettre en œuvre". "Faut-il contrôler l'identité des gens ? Les salariés sont-ils soumis à ce pass sanitaire ? Comment tout cela rentre dans la relation de subordination du salarié avec l'employeur ? Quels moyens techniques sont mis en œuvre ?"

Le délégué général de la FNCF rappelle également que "le cinéma regroupe énormément de jeunes publics" alors que "la vaccination des adolescents n'est ouverte que depuis le 15 juin, sans qu'il n'y ait eu aucune campagne gouvernementale pour la favoriser".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.