Emmanuel Macron utilise l'avion présidentiel pour un trajet de 110 kilomètres

Après l'avoir utilisé pour plusieurs déplacements successifs en deux jours, le président de la République a choisi d'emprunter à nouveau son Falcon entre La Roche-sur-Yon et Rochefort.

Emmanuel Macron à l\'intérieur de l\'avion présidentiel français, le 22 décembre 2017 à l\'aéroport de Niamey (Niger).
Emmanuel Macron à l'intérieur de l'avion présidentiel français, le 22 décembre 2017 à l'aéroport de Niamey (Niger). (LUDOVIC MARIN / AFP)

Alors que l'exécutif lance un débat sur le montant des aides sociales, ses propres dépenses sont scrutées. Après le renouvellement critiqué de la vaisselle de l'Elysée, c'est un trajet en avion qui interpelle : jeudi 14 juin, Emmanuel Macron a utilisé le Falcon de la présidence entre La Roche-sur-Yon (Vendée) et Rochefort (Charente-Maritime), deux villes distantes de 110 kilomètres.

Ce trajet s'est fait dans la foulée de plusieurs autres trajets en avion sur de plus longues distances. Il a emprunté l'appareil pour se rendre de Paris à Montpellier, mercredi, puis de Montpellier en Vendée quelques heures plus tard. Et a choisi de continuer en avion sur le trajet bien plus court entre La Roche-sur-Yon et Rochefort, qui représente, selon BFMTV, 35 minutes de vol. La chaîne note qu'outre la possibilité d'un trajet en voiture, le président aurait pu choisir de se poser à La Rochelle, située entre ses deux destinations. Il est ensuite rentré à Paris, toujours en avion.

"C'est la solution la plus économique", se défend l'Elysée, cité par BFMTV, car elle "permet de se poser en sécurité, permet l'extraction rapide du président et de mieux gérer les heures de vol de l'équipage". Mais la présidence avance aussi une autre justification qui n'est pas liée au coût : "Le président n'est pas une personnalité comme tout le monde. Il y a un impératif de sécurité et un impératif de temps".