Discours d'Emmanuel Macron à Marseille : "Il n'y a absolument rien de concret dans ce qu'il a dit", déplore le Collectif des écoles de Marseille

Julien Houlès s'est également dit "particulièrement choqué" par les propos d'Emmanuel Macron qui a affirmé qu'il y avait "trop de grèves" dans les écoles marseillaises.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron, accompagné du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, en visite dans une école à Marseille le 2 septembre 2021. (DANIEL COLE / POOL)

"Il n’y a absolument rien de concret" dans ce qu'a dit le président de la République, regrette Julien Houlès, membre du Collectif des écoles de Marseille après le discours d'Emmanuel Macron au Pharo à Marseille, jeudi 2 septembre.

C’est ce que je craignais : l’argent va arriver en grande partie par des actes qui étaient déjà programmés

Julien Houlès

franceinfo

Julien Houlès estime que le président n'a conscience de la réalité. "Il faudrait qu'il passe trois jours à Marseille pour voir l'état du périscolaire : les enfants à la garderie collent du papier-toilette comme activité".

Le membre du Collectif des écoles de Marseille déplore l'état des écoles marseillaises : "J’étais élève à l’école National de Marseille et en 35 ans elle n’a pas changé. On atteint des sommets dans l’état des écoles".

Les enfants et même les parents ont toujours connu ça et ne savent même pas ce à quoi ils ont droit, c’est-à-dire une école normale

Julien Houlès

franceinfo

Julien Houlès s'est également dit "particulièrement choqué" par les propos d'Emmanuel Macron qui a affirmé qu'il y avait "trop de grèves" dans les écoles marseillaises. "Je pense que manifestement il ne sait pas de quoi il parle", rétorque-t-il. Selon lui, "beaucoup de grèves prennent leur fondement dans le manque chronique de personnel" et ajoute qu'"à Marseille, en maternelle, vous avez un adulte pour 30 enfants et en élémentaire, 1 pour 60".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.