Marseille : Emmanuel Macron reviendra en octobre et février pour faire le point des engagements pris pour la ville

Le président est arrivé mercredi dans la cité phocéenne pour une visite de trois jours.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Insécurité, écoles délabrées, pauvreté... Emmanuel Macron a dévoilé, jeudi 2 septembre, un vaste plan de soutien à Marseille, "ville-monde aux confluences de tous les défis, climatiques, géopolitiques, migratoires""Le devoir de la Nation est d'être aux côtés des Marseillais et Marseillaises" (...) Aider Marseille à réussir, ça n'est pas lui faire l'aumône, c'est aider à décléncher quelque chose qui est là", a-t-il déclaré en préambule. Après avoir présenté les différentes "urgences", "sécuritaires, sociales et sanitaires", le chef de l'Etat a dévoilé ses "ambitions" pour la ville, dont l'éducation, l'entrepreunariat, l'industrie culturelle, le logement et les transports et promis qu'il reviendrait en octobre et février pour faire le point des engagements pris. Ce déplacement de trois jours – le plus long consacré à une seule ville par Emmanuel Macron – a des airs de campagne électorale, à sept mois de l'élection présidentielle. 

Des enseignants choisis par le directeur dans certaines écoles.  Le président veut "inventer l'école du futur" dans 50 établissements de la ville, situés dans des quartiers difficiles, à la rentrée 2022-2023. Comment ? En donnant plus de liberté et de moyens aux directeurs d'école, qui pourront notamment "choisir leur équipe pédagogique" "afin permettre à nos enseignants de choisir ces quartiers et les projets pédagogiques qui vont avec". Si les résultats sont concluants, ils "seront généralisés". Le chef de l'Etat a aussi annoncé la création de dix micro-collèges et de 10 micro-lycées dans les quartiers les plus en difficulté.

Des investissements pour la police, l'hôpital et les transports. Si Emmanuel Macron s'est défendu de sortier le chéquier comme ses prédécesseurs, il a néanmoins promis d'allouer des moyens à certains secteurs clés. Il a ainsi annoncé huit millions d'euros pour équiper les policiers marseillais, ainsi qu'un nouvel hôtel de police pour 150 millions d'euros, le recrutement de "30 éducateurs supplémentaires et de 30 médiateurs", la création "d'une société publique nationale" pour rénover les écoles délabrées, abondée par l'Etat, l'investissement de 169 millions d'euros pour la rénovation de l'hôpital de la Timone et de l'hôpital Nord, un milliard d'euros pour "l'accessibilité", l'automatisation du métro, la création de quatre lignes de tramway et de cinq lignes de bus. 

Contre la "stigmatisation" de l'usage de l'allocation scolaire. "Il ne faut pas qu'on rentre dans un système de contrôle social où il y aurait une forme de défiance qui s'instaure à l'égard des familles", a insisté le président."Nous serions aveugles ou naïfs de penser que la totalité de ce que chaque ménage touche en allocation de rentrée scolaire est reversé pour acheter des fournitures ou les livres des enfants", a-t-il néanmoins ajouté.

"Une école plus inclusive." Le chef de l'Etat a assuré qu'il y aurait une "montée en charge progressive" pour avoir davantage d'AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap) et qu'il faudrait permettre aux enfants handicapés d'être scolarisés dans la même classe que les autres.

Retour dans les quartiers nord. Au deuxième jour de sa visite dans la cité phocéenne, le chef de l'Etat va retourner dans les quartiers Nord. Il s'entretiendra avec les enseignants et des parents d'élèves de l'école Bouge, dans le 13e arrondissement, sur la nécessité de rénover ce petit établissement, dont certains équipements, comme le gymnase, sont très dégradés, à l'image de nombreuses écoles de la ville.

Plus d'un milliard pour la ville ? Cette visite a été suivie par la présentation, dans l'après-midi, au palais du Pharo, du plan "Marseille en grand" qui comprendra une série de mesures et de projets "co-produits avec les collectivités", selon l'Elysée, pour un montant qui devrait dépasser le milliard d'euros.

Transports et logements au programme. Outre l'éducation, les deux priorités sont les transports collectifs, dans une ville qui ne compte que deux lignes de métro, et la réhabilitation des logements insalubres près de trois ans après le drame de la rue d'Aubagne. Emmanuel Macron devrait également annoncer un plan pour l'hôpital de la Timone.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MARSEILLE

23h35 : "Nous sommes entre la déception et la colère. Déception car on attendait des moyens substantiels pour la rénovation des écoles, des moyens chiffrés qui ne sont pas venus. Et très en colère à cause des insinuations du président de la République."

La secrétaire départementale de la FSU 13, Caroline Chevet, réagit sur franceinfo aux annonces d'Emmanuel Macron sur les écoles à Marseille, et notamment la possibilité, pour les directeurs d'écoles, d'y choisir leurs enseignants. Le président "semble penser que les enseignants dans les écoles des quartiers les plus difficiles de Marseille sont responsables des difficultés, puisque, selon lui, ils ne viendraient pas en classe", fustige-t-elle.

22h54 : Quelques conseils de lectures pour la fin de soirée. Voici notre "best-of" des contenus du jour sur franceinfo :

Sécurité, transports, écoles... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron, dans le cadre du plan "Marseille en grand".

Notre récit en images des violentes inondations qui ont eu lieu dans le nord-est des Etats-Unis, avec le passage de la tempête Ida.


Notre article en lien avec l'émission "Complément d'enquête" de France 2, vous expliquant comment des publicités de grandes marques se retrouvent sur des sites de désinformation.

22h07 : @Louise : Emmanuel Macron a rappelé le plan lancé en juillet 2019 par l'Etat et les collectivités, une stratégie sur 15 ans visant 1 000 hectares du centre-ville de Marseille. Le chef de l'Etat a insisté pour que les chantiers se lancent "immédiatement". Il a également évoqué la mise en place d'une opération d'intérêt national pour la ville, un moyen pour l'Etat de copiloter ce vaste chantier et d'accélérer certaines démarches.

22h02 : Bonsoir @Louise, "la lutte contre l'habitat indigne doit s'intensifier", a déclaré ce soir Emmanuel Macron, appelant à "améliorer la coopération entre la ville et la métropole". "Nous allons continuer à simplifier les procédures et simplifier les recours", a poursuivi le chef de l'Etat. Le président a également évoqué le doublement de la participation de l'Etat sur cette problématique des logements indignes, soit 600 millions d'euros.

22h02 : Je n'ai pas pu suivre l'intégralité des propositions faites pour Marseille. Qu'en est il pour la rénovation de tous les logements indécents ? Des constructions neuves aussi ? L'enveloppe se monte à quel montant et pour quel délai annoncé ? Merci.

21h54 : "Je n'ai jamais vu le quartier aussi propre ! Vous vous rendez compte qu'il a fallu qu'il vienne pour qu'on nettoie le quartier ?" A Marseille, des habitants se sont étonnés de voir disparaître des montagnes d'ordures avant l'arrivée d'Emmanuel Macron pour sa visite de trois jours. Une opération propreté spécialement pour le déplacement présidentiel ? "L'oeil du 20 heures" a enquêté :

(L'OEIL DU "20 HEURES" / FRANCE 2)

21h46 : Lors de son discours ce soir à Marseille, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a défini des urgences "sécuritaire, sociale et sanitaire" ainsi que des ambitions éducatives, économiques, culturelles et structurelles. Voici ce qu'il faut retenir de ses annonces, dans le cadre de son plan "Marseille en grand".

Emmanuel Macron se protège d'une averse lors de son discours à Marseille, le 2 septembre 2021. (MAXPPP)


(MAXPPP)

20h51 : "Je ne peux qu'être positive." Les annonces d'Emmanuel Macron dans le cadre de son plan "Marseille en grand", dévoilées ce soir, "nous satisfont", réagit sur franceinfo la première adjointe au maire de la cité phocéenne, Michèle Rubirola. "Après, il faut voir comment on peut travailler ensemble", tempère-t-elle.

Le ministre de la santé Olivier Véran, la première adjoint au maire de Marseille Michèle Rubirola et le chef de l'Etat Emmanuel Macron, le 2 septembre 2021 à Marseille. (LUDOVIC MARIN / POOL)


(LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

20h41 : Emmanuel Macron a promis de revenir en octobre et en février à Marseille, afin de voir un premier bilan de la mise en place de son plan "Marseille en grand".

20h09 : 20 heures et quelques minutes, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Emmanuel Macron a dévoilé son plan "Marseille en grand", prévoyant notamment huit millions d'euros pour l'équipement des policiers, un investissement d'un milliard d'euros pour les transports et le projet d'"inventer l'école du futur à Marseille", en donnant plus de liberté et de moyens aux directeurs d'école qui pourront "choisir leur équipe pédagogique". Suivez notre direct.

Les inondations provoquées par la tempête Ida ont fait au moins 22 morts dans le nord-est des Etats-Unis, annonce l'agence Associated Press. Suivez notre direct.

Les hôpitaux recensent ce soir 10 934 patients atteints du Covid-19, contre 11 104 malades hospitalisés il y a une semaine. Dans les services de soins critiques, 2 275 patients sont atteints d'une forme grave du Covid-19, dont 143 admis ces dernières 24 heures. Les autorités sanitaires recensent également 104 décès en une journée.

19h40 : Le discours d'Emmanuel Macron prend fin. Vous pouvez retrouver l'ensemble de ses annonces dans notre direct.

19h39 : "Si nous ne réussissons pas à Marseille, nous ne pourrons pas faire réussir le pays. Nous n'avons pas d'autre choix que de réussir."

19h36 : Au cours de la présentation de son plan "Marseille en grand", Emmanuel Macron a également annoncé davantage de moyens pour le système judiciaire dans la cité phocéenne :

(FRANCEINFO)

19h34 : Si vous n'avez pas pu les suivre, voici les annonces d'Emmanuel Macron pour "innover" dans les écoles en difficulté à Marseille :

(FRANCEINFO)

19h31 : Le chef de l'Etat annonce la création d'"Odysseo", un "réseau de lieux de sensibilisation, de recherche, d'innovation" sur la protection de l'environnement méditerranéen. Il doit fédérer "les acteurs de la transition de tout le bassin méditerranéen", défend Emmanuel Macron.

19h28 : Emmanuel Macron appelle également à "moderniser le port (...) moderniser les infrastructures et investir dans le fret ferroviaire" ainsi que les infrastructures fluviales.

19h34 : En matière de transports, Emmanuel Macron annonce un milliard d'euros pour "l'accessibilité", l'automatisation du métro, la création de quatre lignes de tramway et de cinq lignes de bus.

19h20 : Le discours d'Emmanuel Macron reprend après quelques soucis techniques de son cette fois-ci ! Vous pouvez continuer de le suivre dans notre direct.

19h18 : Emmanuel Macron évoque, sur le plan du cinéma, des "grands studios de la Méditerranée" à Marseille, ainsi que des "grandes écoles" de cinéma et l'antenne marseillaise de la Cinémathèque française.

19h11 : Un peu plus tôt dans son discours, Emmanuel Macron a annoncé l'investissement de 169 millions d'euros pour la rénovation de l'hôpital de la Timone et de l'hôpital Nord. Cinquante millions d'euros seront également consacrés au pôle mère-enfant et à la Maison des femmes dans les quartiers en difficulté de Marseille.

19h11 : Emmanuel Macron évoque également le service militaire volontaire pour des jeunes de quartiers en difficulté marseillais. Cent jeunes pourraient être accompagnés dès cet automne, précise-t-il.

19h12 : Emmanuel Macron propose la formation de "trois carrefours" consacrés à l'entrepreneuriat à Marseille, où les jeunes Marseillais ayant un projet seraient "gratuitement formés, conseillés, mentorés". Il évoque également le "capital jeune créateur", "plusieurs milliers d'euros pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale" si l'on a un projet sérieux.

18h57 : "Ce qu'il nous faut faire c'est rapprocher ces jeunes des entreprises. (...) Il faut qu'on aide à développer l'entrepreneuriat dans les quartiers."

18h54 : Emmanuel Macron annonce également l'installation de dix micro-collèges et dix micro-lycées dans les quartiers les plus en difficulté de Marseille.

18h53 : A Marseille, Emmanuel Macron propose d'"inventer ici l'école du futur". Cinquante écoles seront sélectionnées pour expérimenter ce nouveau projet pédagogique. Le chef de l'Etat souhaite que les premières écoles s'inscrivent dans ce projet "dès la rentrée 2022-2023". Si les résultats sont concluants, le projet pourrait être généralisé, poursuit le président.

19h31 : Sur l'éducation dans les quartiers en difficulté, "on doit pouvoir aller plus loin", défend Emmanuel Macron, proposant "un laboratoire de libertés et de moyens", permettant aux directeurs d'école de proposer davantage d'encadrement dans les écoles et de "choisir l'équipe pédagogique". "On doit permettre aux enseignants de choisir ces quartiers et les projets pédagogiques qui vont avec", poursuit le chef de l'Etat.

18h50 : Emmanuel Macron reprend son discours après quelques minutes d'interruption du fait... d'un orage !

18h44 : "Nous allons créer une société ad hoc dont monsieur le maire aura la présidence. Son objet sera la réhabilitation et la rénovation des écoles."

18h58 : Sur l'éducation, Emmanuel Macron rappelle que les collectivités territoriales sont responsables des écoles, mais "si je laisse Marseille se débrouiller tout seul, ces enfants vivront avec des écoles qui ne seront pas rénovées", prévient-il.

18h34 : Sur le volet social à Marseille, il faut la "mobilisation des associations et collectivités aux côtés des familles pour les accompagner dans l'éducation, le sport, la culture et le logement", défend Emmanuel Macron. "Sur la lutte contre l'habitat indigne, l'enjeu est d'accélérer. Il y a un besoin d'améliorer la coopération entre la ville et la métropole. Nous allons continuer à simplifier les procédures et simplifier les recours."

18h32 : "Tous les acteurs politiques et médicaux doivent se mobiliser pour la santé à Marseille. Il nous faut continuer de réinstaller des médecins et des soignants en ville. (...) Nous ne pouvons laisser des quartiers entiers livrés à eux-mêmes. Dans la deuxième ville de France, il y a en plein coeur des déserts médicaux."

19h01 : "Le réseau de soins de proximité est défaillant" dans les quartiers en difficulté de Marseille, souligne Emmanuel Macron lors de son discours.

18h26 : Emmanuel Macron appelle au recrutement de "30 éducateurs supplémentaires et de 30 médiateurs".

19h11 : Le chef de l'Etat annonce également le regroupement des commissariats de police des 13e et 14e arrondissements de Marseille.

18h24 : Emmanuel Macron annonce huit millions d'euros pour équiper les policiers marseillais, ainsi qu'un nouvel hôtel de police pour 150 millions d'euros.

18h22 : "Nous financerons le déploiement de la fibre et 500 caméras dans les zones qui en ont besoin."

19h07 : "C'est une véritable traque, une politique de harcèlement des trafics qu'il nous faut conduire. Harcèlement policier, d'abord : 200 policiers arriveront en 2022. Les deux compagnies de CRS supplémentaires présentes depuis mars seront pérennisées. (...) Vivre tranquille est un droit."

18h19 : "L'urgence est sécuritaire, elle est sociale, elle est sanitaire", déclare Emmanuel Macron lors de son discours présentant son plan "Marseille en grand".

18h32 : "Je ne viens pas ici faire des promesses. Je viens prendre des engagements en en demandant. (...) Il y a tout à la fois une ambition et une exigence."

18h16 : "On avait sous-estimé que les difficultés étaient concentrées : la pauvreté et l'exclusion. La réponse est forcément multiple, elle ne se fera pas en un jour. A tout cela se sont ajoutés d'autres défis, d'autres fléaux."

18h14 : "Le devoir de la Nation est d'être aux côtés des Marseillaises et des Marseillais. Décider que ce serait une ville comme les autres, ce serait acter qu'elle va vivre au milieu de ses difficultés (...) Aider Marseille à réussir, ce n'est pas lui faire l'aumône, c'est aider à déclencher quelque chose qui est là et c'est aider le pays entier."

18h12 : "Marseille, c'est une ville qui par sa localisation, est à la confluence de tous les défis. (...) Elle est plus pauvre que beaucoup d'autres grandes villes, et cette pauvreté s'est concentrée toujours aux mêmes endroits. Au milieu de tout ça, c'est une ville pleine d'énergie."

18h10 : Faisons un point sur l'actualité :

Emmanuel Macron prend la parole en ce moment pour dévoiler son plan "Marseille en grand", pour la cité phocéenne. Suivez sa prise de parole en direct.


Les pluies torrentielles et les inondations soudaines qui ont frappé New York et sa région ont fait au moins 13 morts, annoncent des responsables officiels. Kathy Hochul, la gouverneure de l'Etat de New York, et Bill de Blasio, le maire sortant de la capitale économique et culturelle américaine, ont décrété "l'état d'urgence", après ces inondations massives qui concernent potentiellement quelque 20 millions d'habitants.

La Cour suprême laisse en vigueur la nouvelle loi texane sur l'avortement. Joe Biden fustige cette décision, "une attaque sans précédent pour les droits constitutionnels des femmes". Sa décision "provoque un chaos inconstitutionnel" et "insulte l'Etat de droit", ajoute le président américain dans un communiqué.

18h09 : Après le maire de Marseille Benoît Payan, Emmanuel Macron prend maintenant la parole pour dévoiler son plan "Marseille en grand". Vous pouvez le suivre dans notre direct.

18h05 : "Aujourd'hui, poursuit Benoît Payan, Marseille est touchée par les trafics d'armes, les assassinats dans les quartiers abandonnés qui se referment dans la peur, dans l'économie informelle."

18h00 : "Nous avons besoin que vous réformiez les aberrations d'une gouvernance territoriale nuisible et injuste", ajoute le maire de la deuxième ville de France.

18h00 : "Marseille, ce n'est pas seulement l'une des plus belles villes de France, c'est aussi une ville fraternelle. Nous avons fait une force de cette fraternité et nous tenons entre nos mains cette incroyable idée qu'on peut vivre ensemble", poursuit Benoît Payan.

17h59 : C'est le maire de Marseille, Benoît Payan, qui s'exprime le premier. "Monsieur le président, votre visite à Marseille est historique, déclare-t-il. Je voulais vous dire en toute sincérité combien nous sommes sensible à votre présence qui est la preuve de votre attachement à Marseille."

17h50 : Suivez en direct le discours d'Emmanuel Macron qui va dévoiler son plan "Marseille en grand", pour la deuxième ville de France

14h06 : Faisons un point sur l'actualité :

"C'est pas un plan pensé à Paris" qui va être annoncé à Marseille, "c'est une autre forme d'organisation et de jalons de responsabilité que je veux poser ce soir", a assuré Emmanuel Macron ce midi, à l'issue d'une matinée dans une école de la cité phocéenne. Suivez notre direct.


• Des pluies torrentielles et des crues éclairs ont frappé New York, où sept personnes ont trouvé la mort, au passage des restes de l'ouragan Ida qui sèment le chaos dans le nord-est des Etats-Unis.

• La Cour suprême laisse en vigueur la nouvelle loi texane sur l'avortement. Cette loi, la plus restrictive prise aux Etats-Unis et jugée "honteuse" par Joe Biden, interdit d'interrompre toute grossesse une fois que les battements de coeur de l'embryon sont détectés, soit après six semaines de grossesse.