Combien coûte Brigitte Macron à l'Elysée ? On a passé au crible les dépenses de la Première dame

Dans son rapport annuel publié jeudi, la Cour des comptes liste les dépenses liées à l'activité de l'épouse du chef de l'Etat. Mais il ne prend pas en compte l'ensemble des dépenses. Franceinfo vous explique ce qu'il faut retenir.

Brigitte Macron, le 18 juin 2019, à Tassin-la-Demie-Lune (Rhône).
Brigitte Macron, le 18 juin 2019, à Tassin-la-Demie-Lune (Rhône). (NICOLAS LIPONNE / NURPHOTO / AFP)

Quatre collaborateurs, six bureaux, une coiffeuse attitrée... En 2018, le budget officiel alloué par l'Elysée à Brigitte Macron s'élevait à 279 144 euros. C'est ce qu'on apprend dans le rapport annuel sur la gestion des services de la présidence de la République publié par la Cour des comptes, vendredi 19 juillet. Mais l'ensemble des dépenses n'est pas pris en compte. Franceinfo a lu le document, voici ce qu'il faut en retenir.

De quoi dispose Brigitte Macron ?

Quatre collaborateurs. Brigitte Macron n'est pas seule à l'Elysée. Elle est entourée de quatre collaborateurs : un directeur de cabinet, un chef de cabinet et deux secrétaires. "Les deux conseillers préparent les rendez-vous de Brigitte Macron. Des personnalités internationales peuvent être reçues à la demande de la cellule diplomatique de la Présidence. Ils travaillent également à la préparation d'événements de la Première dame ou de déplacements communs avec le président de la République", décrit la Cour (page 13), qui prend pour exemple le Noël de l'Elysée ou les dîners d'Etat.

En plus de ses fonctions traditionnelles de secrétariat, l'une des assistantes "se charge de tâches liées à l'activité de la Présidence qui dépasse l'activité même" de la Première dame. Par exemple : la gestion des cadeaux de la Présidence, les invitations aux déjeuners et aux dîners avec le chef de l'Etat... La rémunération et les charges de ces différents collaborateurs correspondent ainsi à une dépense annuelle de 279 144 euros.

Six bureaux. Situés dans "l'aile Madame" de l'Hôtel d'Evreux, place Vendôme à Paris, six bureaux sont réservés exclusivement à Brigitte Macron. A l'intérieur, on retrouve l'équipe dédiée à la Première dame, ainsi que les membres du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) qui s'occupent de sa protection. 

Une maquilleuse-coiffeuse. Pour ses activités publiques et officielles, Brigitte Macron bénéficie aussi des services de la coiffeuse-maquilleuse de la présidence.

Toutes les dépenses sont-elles comptabilisées ?

Non. Impossible, par exemple, de savoir précisément combien coûte chaque année la protection de Brigitte Macron car elle fait partie d'une enveloppe globale des missions de sécurité de la présidence de la République. Le budget annuel de 279 144 euros ne prend pas non plus en compte le salaire de sa maquilleuse-coiffeuse. La Cour des comptes mentionne néanmoins dans son rapport que "la convention passée, en mai 2017, avec une même personne, pour un montant forfaitaire mensuel de 5 200 euros TTC relative aux prestations de coiffure et de maquillage pour le compte de la présidence de la République a été reconduite en 2018".

Le budget n'englobe pas non plus les déplacements en France et les voyages à l'étranger de la Première dame car ils sont affectés à d'autres budgets. En 2018, elle a effectué 15 voyages officiels à l'étranger aux côtés du président, dont sa visite d'Etat aux Etats-Unis en avril ou en Russie pour la finale de la Coupe du monde au mois de juillet. Dans le rapport (page 7), on apprend en revanche que le séjour à La Mongie (Hautes-Pyrénées) du couple présidentiel en décembre 2017 a coûté 21 784 euros.

Autre dépense que l'on n'imaginait pas forcément : les frais liés à son courrier (page 14 dans le rapport). En 2018, la Première dame a reçu 19 500 lettres, beaucoup plus qu'en 2017 (13 000). Ce qui nécessite l'emploi de sept agents du service de la correspondance présidentielle.

Dans son rapport sur l'année 2017, la Cour des comptes regrettait le manque de transparence autour de ces dépenses. "La Cour s'est attachée à recenser les différentes dépenses qui sont plus particulièrement affectées à Brigitte Macron, sans toutefois pouvoir chiffrer la totalité de ces dépenses, en l'absence d'une comptabilité analytique suffisante", pouvait-on lire (page 1). Les choses ont toutefois évolué avec le quinquennat d'Emmanuel Macron. Une "charte de transparence" a été élaborée en 21 août 2017 : elle fixe les missions confiées au conjoint du Président et les moyens alloués pour les accomplir. "L'activité du conjoint du Président de la République et les dépenses qui peuvent en résulter n'ont pas de fondement juridique et reposent sur une coutume républicaine", peut-on lire notamment.

Reste qu'entre le budget officiel et le budget réel, la différence peut être de taille. En novembre 2017, Christophe Castaner, alors porte-parole du gouvernement, avait précisé devant les députés que "le coût des moyens mis à la disposition de la conjointe du chef de l'Etat" s'élevait plutôt à 440 000 euros.

Brigitte Macron est-elle plus dépensière que les autres Premières dames ?

La réponse est non, du moins pour les dépenses connues. Son budget annuel alloué par l'Elysée est resté le même en un an. Il était de 278 750 euros en 2017, il est de 279 144 euros en 2018Si l'on regarde du côté de ses prédécesseures, l'épouse d'Emmanuel Macron ne sera sans doute pas la plus dépensière des Premières dames de la République. Rien à voir, en tout cas, avec Bernadette Chirac. Selon l'ancien député socialiste René Dosière, spécialiste des dépenses de la présidence française, c'est elle qui détient le record de collaborateurs. "Elle avait 21 personnes affectées à son cabinet personnel. Dans le détail, un conseiller technique, une collaboratrice, quatre secrétaires, deux responsables du secrétariat particulier, des rédacteurs, sans compter les membres du service social et deux chauffeurs. Soit un montant total de 80 000 euros par mois", expliquait-il en 2013. L'ancienne conseillère générale de Corrèze s'était vu allouer un budget de 80 000 euros par mois, soit 960 000 euros par an.

Valérie Trierweiler, en "poste" de 2012-2014, disposait, elle, de cinq collaborateurs pour un coût annuel de 236 904 euros. Quant à Carla Bruni-Sarkozy (2008-2012), elle était entourée de huit collaborateurs pour 437 376 euros annuels.