Bouches-du-Rhône : à Marseille, comme un air précoce de présidentielle

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Bouches-du-Rhône : à Marseille, comme un air précoce de présidentielles
France 2
Article rédigé par
J-B.Marteau, G.Daret, J-Ch. Galéazzi, B.Bouchot, Ph.Lagaune, J.Jonas, D.Fuet, France 3 Marseille, E.Jarlot - France 2
France Télévisions

Marseille (Bouches-du-Rhône) accueille un congrès sur la biodiversité, mais agit aussi comme un aimant politique. La ville attire, depuis quelques jours, les prétendants à la présidentielle de 2022. Un chassé-croisé à droite et à gauche, avec le chef d'État, Emmanuel Macron, au milieu.

Un chef de l'État en pré-campagne pendant trois jours, le matin du vendredi 3 septembre en mer de Marseille (Bouches-du-Rhône). Dans son sillage, il y a au moins cinq opposants. Un candidat à droite, deux autres candidats à la primaire de la droite, un quatrième à la primaire des écologistes, sans oublier un député des Bouches-du-Rhône également candidat. Il semble que la ville soit devenue un passage obligé pour les candidats mais officiellement, ils ne viennent pas concurrencer Emmanuel Macron. 

Les Marseillais sont sceptiques 

Ils ont tous une bonne raison d'être là. Pour Xavier Bertrand, c'est le Forum des entrepreneurs au stade Vélodrome, presque étonné qu'on lui pose la question. L'autre motif, c'est le Congrès mondial de la nature, dans lequel se rend Valérie Pécresse, qui se défend d'être intéressée. Cet attroupement est un peu suspect pour les passants, qui sont tous sceptiques. "C'est pour faire leur campagne, c'est tout, je ne vois pas autre chose (...) c'est comme d'habitude", disent les badauds. Même chose à gauche pour Éric Piolle, des écologistes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.