Anniversaire de l'élection d'Emmanuel Macron : une communication toujours millimétrée

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron était élu président de la République au second tour d'une présidentielle l'opposant à Marine Le Pen. Un an après, la stratégie de communication très organisée du chef de l'État a-t-elle changé ? Éléments de réponse.

Voir la vidéo
France 3

Les images se superposent, la mise en scène est soignée. Depuis un an, Emmanuel Macron veille de manière quasi-obsessionnelle à sa communication. Une image contôlée qui mise sur l'incarnation, le geste. Jeune, jamais élu, le nouveau président a besoin d'endosser le costume de chef d'État, et de chef des armées jusqu'à enfiler la panoplie. "En permanence, la communication elle est quand même extraordinairement travaillée pour ne pas retomber dans un style qu'il assimilerait à ses prédécesseurs et qui serait trop classique", explique Brice Teinturier, directeur délégué d'Ipsos. Un président à la parole rare donc, ce qui ne l'empêche toutefois pas de faire souvent la une des magazines. Pour contourner les médias traditionnels, rien de mieux que les réseaux sociaux : photos avantageuses, vidéos sur sa propre chaîne Youtube... Mais tout cela n'empêche pas non plus les petites phrases qui peuvent heurter, comme cette référence aux "gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien"

Un manque de proximité avec les Français

"Je dirai que c'est une communication très maîtrisée, mais une communication qui est en distance avec les Français. Il va falloir qu'il devienne à la fois homme d'État et homme du terroir", souligne l'ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier. "Et pour être homme du terroir, il faut beaucoup de proximité et ça pour l'instant, on sent qu'il y a un manque très clair de proximité avec les Français". Un lien distant accentué par des images grandioses, symbole du monarque républicain, qui font leur effet à l'étranger. Pour la journaliste britannique de The Economist, Sophie Pedder, la ressemblance avec les débuts de l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair est évidente : "Au début, ce qui a frappé c'était ce changement de génération, de redonner une image de modernité et de dynamisme au Royaume-Uni. Et je vois beaucoup de parallèles avec le début de présidence de Macron".

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron en train de prendre une photo à New Delhi, le 10 mars.
Emmanuel Macron en train de prendre une photo à New Delhi, le 10 mars. (LUDOVIC MARIN / AFP)