Saisie de 2 millions d'euros au RN (ex-FN) : un dispositif prévu pour "le grand banditisme, ça peut interroger" reconnaît Rachid Temal

Le sénateur socialiste Rachid Temal était l'invité de franceinfo mardi 7 août. 

Rachid Temal, sénateur socialiste, invité de franceinfo mardi 7 août 2018. 
Rachid Temal, sénateur socialiste, invité de franceinfo mardi 7 août 2018.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le Rassemblement national (ex-FN) devra attendre le 26 septembre pour savoir si la justice confirme la saisie de 2 millions d'euros de ses dotations publiques dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs du parti au Parlement européen. Une affaire dans laquelle les membres du RN "ne sont pas les victimes", estime mardi 7 août sur franceinfo Rachid Temal, sénateur du Val d'Oise et secrétaire national du parti socialiste. Mais la méthode pose question, "c'est une première et ça peut interroger".

Encore une fois le RN se présente comme une victime, mais il y a une enquête menée par le Parlement européen pour détournement de fonds publicsRachid Temal à franceinfo

Ce dispositif de saisie des biens, engagé par la justice "c'est sur le grand banditisme. On prend les biens pour éviter l'évaporation; c'est une première et ça peut interroger", rajoute Rachid Temal. 

Selon le sénateur socialiste, "derrière tout cela c'est la question de la démocratie et de comment on finance [les partis politiques]". J'en appelle à ce que le gouvernement mette en place enfin l'une de ses décisions votées, sur la banque de la démocratie", conclut-il.

Le PS attend un rapport de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla 

"Cela me semble juste normal et naturel", affirme Rachid Temal après les travaux de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. La commission a prévu en l'état de ne remettre qu'une synthèse. Mais ce n'est pas suffisant estime l'élu socialiste. "À l'Assemblée il y a une commission qui après quatre jours considère qu'elle a la vérité. Ne pas remettre de rapport écrit, c'est une première, du jamais-vu", regrette Rachid Temal.

Le sénateur pointe directement du doigt la responsabilité de la présidente de la commission d'enquête de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet (LREM). "Vous présidez une commission d'enquête, vous êtes co-rapporteur, elle est présidente de la commission des lois et elle ne remet pas de rapport ? Vous avez une commission d'enquête qui se serait réunie, qui aurait travaillé et qui ne remettrait aucun rendu ? Aucune conclusion ? Mais ceux qui nous écoutent dans leurs entreprises dans leur vie quotidienne, on remet quelque chose à la fin. C'est du jamais-vu", martèle Rachid Temal.

Le sénateur socialiste estime que "monsieur Benalla a fait le tour des plateaux, le tour des médias. Je considère donc qu'il peut venir devant une commission d'enquête nous informer". Car selon Rachid Temal dans les auditions menées jusque-là, "il y a encore plus que du flou, il y a du mensonge."