Pince-sans-rire, "vieille France" et bosseur : qui est Philippe Bas, le sénateur LR qui ne lâche rien dans l'affaire Benalla ?

Les auditions de la commission d'enquête du Sénat, qui reprennent mercredi avec la convocation d'Alexandre Benalla, ont placé dans la lumière cet ancien ministre de Jacques Chirac. Un homme aussi discret que tenace.

Philippe Bas au Sénat, à Paris, le 12 septembre 2018.
Philippe Bas au Sénat, à Paris, le 12 septembre 2018. (BERTRAND GUAY / AFP)

Grands flics, ministres, hauts fonctionnaires... Jamais ils n'étaient passés publiquement sur le gril. Pourtant, en juillet, le gratin de la République a dû se plier à l'exercice et répondre aux (nombreuses) questions des sénateurs sur l'affaire Benalla. Filmées et largement suivies, ces auditions ont braqué les projecteurs sur le discret sénateur de la Manche Philippe Bas, membre des Républicains, jusque-là peu connu du grand public. L'homme est en effet devenu le président de la Commission d'enquête qui a fait défiler les protagonistes de cette affaire rocambolesque, du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, au secrétaire général de la République, Alexis Kohler. Autant de personnages que Philippe Bas a interrogés avec une courtoisie surannée et un sens pointilleux du détail.

>> DIRECT. Alexandre Benalla est auditionné par la commission d'enquête du Sénat : regardez notre édition spéciale

Clou du spectacle : l'ancien garde du corps et chargé de mission d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, est convoqué mercredi au Sénat pour répondre aux questions de Philippe Bas. Mais qui est cet élu opiniâtre qui revient sur le devant de la scène ? 

Un chiraquien historique

Avec ses soixante bougies soufflées en juillet et ses costumes sombres rehaussés d'une cravate bordeaux, Philippe Bas incarne à merveille "l'ancien monde" politique qui devait être renversé par les jeunes loups trentenaires de La République en marche. A y regarder de plus près, pourtant, hormis le passage par une banque d'affaires, le parcours du sexagénaire ressemble beaucoup à celui d'Emmanuel Macron. Philippe Bas coche pareillement les cases de l'excellence. Enarque de la promotion Louise Michel (celle de Pierre Moscovici et Guillaume Pepy), il intègre en 1984 l'un des grands corps, le Conseil d'Etat. Lui aussi conseiller d'Etat, l'ancien président de Radio France Michel Boyon l'a rencontré à ce moment-là. 

J’ai été frappé par ses qualités d'analyse, sa grande capacité à débroussailler les dossiers juridiques complexes.L'ancien conseiller d'Etat
Michel Boyon
à franceinfo

Du Conseil d'Etat aux ministères, le pas est vite franchi. En 1993, Philippe Bas rejoint comme conseiller social le cabinet de la ministre de la Santé, Simone Veil (sous le gouvernement Balladur) puis, en 1995, celui du ministre du Travail et des Affaires sociales, Jacques Barrot.

En 2000, Jacques Chirac, qui l'a repéré, l'embauche comme conseiller. "Il n’est pas arrivé à l'Elysée par les réseaux de la chiraquie, mais sur son profil de technicien social", se souvient un autre conseiller élyséen d'alors, Frédéric de Saint-Sernin. Entre le président et son conseiller se noue un lien fort. "Il s'est montré d’une grande loyauté envers Jacques Chirac, à qui il a été très lié", poursuit Frédéric de Saint-SerninUne fidélité rapidement récompensée : à la fin du premier mandat de Jacques Chirac, Philippe Bas est nommé secrétaire général adjoint à la présidence (2000-2002). Il devient secrétaire général de l'Elysée au début du second mandat (2002-2005).

Technocrate pince-sans-rire

A l'époque, le contraste est flagrant avec son prédécesseur. "Discret, très affable, très gentil, Philippe Bas n'avait pas la personnalité flamboyante de Dominique [de Villepin]", dépeint Frédéric de Saint-Sernin (par ailleurs cousin de "Dominique"). 

Il a exercé la fonction de manière beaucoup plus discrète, appliquée, j'aurais même dit besogneuse s’il n’était pas aussi intelligent.Frédéric de Saint-Sernin,
ancien conseiller de Jacques Chirac
à franceinfo

Trois présidences plus tard,  Alexis Kohler incarne, sous Emmanuel Macron, la même fonction. Qu'a pensé Philippe Bas en l'auditionnant au Sénat le 26 juillet 2018 ? Mystère. Mais à Alexis Kohler tentant, en vain, de jouer la connivence en lui lançant : "Vous avez occupé le poste que j’ai l’honneur d’occuper aujourd’hui", Philippe Bas répond, "cinglant", rappelle Le Monde "C’était la préhistoire et l’ancien monde, je veux bien reconnaître qu’il y ait des différences." 

Car ce pince-sans-rire adore manier la litote et l'humour à froid, ses armes préférées, selon ses amis. "Il est assez british. Il recourt à la petite phrase de temps en temps plutôt qu'à la colère", sourit son voisin dans la Manche, le député LR Philippe Gosselin. C'est aussi un atout : "Il est extrêmement drôle, ce qu’on ne soupçonne pas tout de suite, loue Frédéric de Saint-Sernin. Le genre avec qui vous partez en week-end pour passer un bon moment."

Des "valeurs chrétiennes chevillées au corps"

La fin des années Chirac le voit ministre aux Personnes âgées et aux personnes handicapées (2005-2007) puis, très brièvement, ministre de la Santé (de mars à mai 2017). Son passage au gouvernement a été marqué  "par la loi handicap, première vraie reconnaissance du handicap par la loi", affirme Michel Boyon. Un combat dans lequel Philippe Bas s'est fortement impliqué, de l'avis général : "Il a été très touché par la souffrance des parents d’enfants handicapés moteurs et cérébraux, et il a une empathie très naturelle pour ces familles", témoigne une proche, qui préfère rester anonyme.

"C’est un démocrate-chrétien, un catholique pratiquant aux valeurs chrétiennes chevillées au corps", avance Frédéric de Saint-Sernin. "Il est porté par des convictions très humanistes, chrétiennes", abonde Philippe Gosselin, qui assure le retrouver souvent à des réunions de France Handicap (ex-Association des paralysés de France). Comme en témoigne un tweet de Philippe Bas, les deux hommes se sont également retrouvés le 15 septembre à l'anniversaire des 30 ans de la Banque alimentaire de la Manche, dont ils sont tous deux élus.

Un Parisien parachuté dans la Manche

Une implantation locale qui n'allait pas de soi pour le natif de la capitale. Avec la victoire annoncée de Nicolas Sarkozy en 2007, Philippe Bas se cherche un point de chute, et réussit à se faire investir par l'UMP dans la deuxième circonscription de la Manche, où il n'a pas d'attaches. 

Parachutage loupé : le maire UMP d'Avranches, Guénhaël Huet, qui se présente en dissident, l'emporte avec près de 58% des suffrages au 2e tour des législatives. "Guénhaël avait une vraie antériorité, le choc a été un peu frontal", euphémise Philippe Gosselin.

D’autres auraient renoncé après l’échec du parachutage, mais lui a insisté. Il lui a fallu repartir de la base, ravaler sa salive. Il est devenu conseiller général d’un des plus petits cantons de la Manche.Le député LR Philippe Gosselinà franceinfo

"Il a été élu 15e sur les 15 vice-présidents du conseil départemental, poursuit le Philippe Gosselin. Tout ancien ministre et secrétaire général de l'Elysée qu'il soit, il a été mis à l'épreuve." Epreuve néanmoins adoucie par le fait que Philippe Bas a retrouvé en 2007 son siège au Conseil d'Etat. "Et puis, petit à petit, poursuit Philippe Gosselin, il a gagné la confiance de tous. Pas un élu de la Manche ne le traiterait aujourd'hui de parachuté. Le Sénat, où il a été très bien élu en 2011, a été la suite logique. La greffe a pris."

Un "vrai réac" "violemment modéré"

Au Sénat, il obtient en 2014 de ses pairs la présidence de la Commission des lois. Ce catholique convaincu sera l'un des premiers parlementaires à soutenir François Fillon à la primaire de la droite en 2016. On connaît la suite : François Fillon n'est même pas qualifié pour le second tour de la présidentielle, et Emmanuel Macron est élu à la magistrature suprême. Faut-il voir, dans l'affaire Benalla, une revanche ? Elle offre en tout cas enfin une prise à l'opposition de droite et Philippe Bas, qui est en première ligne, ne s'en prive pas. Même ses opposants peinent à le prendre en défaut. 

Il est ce qu’on appelle en langage familier un vrai 'réac', très à droite, autoritaire, parfois cassant, et qui ne donne pas beaucoup la parole aux femmes. Mais c’est une personnalité exigeante qui fait bien son travail et qui mène tambour battant cette commission.Une parlementaire de gaucheà franceinfo

Une analyse à peine nuancée par le président du groupe PS au Sénat, Patrick Kanner : "Il est respectueux de l'opposition que nous représentons, mais très ferme en affaires, et sur ses convictions. Cela dit, son style 'vieille France' cache une écoute réelle."

Quant à traiter le sénateur Philippe Bas de "menaces pour la République", comme l'a fait implicitement le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement Christophe Castaner, l'outrance de l'expression fait "rire jaune" le président du groupe LR, Bruno Retailleau : "Comment peut-on traiter de 'menace pour la République' cet amoureux des contre-pouvoirs ? Ça n'a rien de crédible. J'attends avec impatience un débat entre Christophe Castaner et Philippe Bas sur le sujet." "Pour reprendre une expression de Tocqueville, qui est inhumé dans la Manche, Philippe Bas est 'violemment modéré' : Il n’est ni extrême, ni extrémiste, ce qu’on entend est à côté de la plaque", abonde Philippe Gosselin. 

Il fait l'objet d'attaques insensées tout à fait indignes. Il a permis au Sénat de réapparaître dans le radar médiatique. Le vrai contre-pouvoir aujourd'hui, c'est le Sénat.Patrick Kanner,
président du groupe PS au Sénat
à franceinfo

L'excès de lumière lui montera-t-il à la tête ? BFMTV prête désormais à Philippe Bas l'ambition de succéder à Gérard Larcher à la présidence de la chambre haute. "Je ne l'ai jamais entendu exprimer une ambition de ce style", répond prudemment  Michel Boyon. Avant d'admettre que, depuis qu'il le connaît, son ami l'a maintes fois surpris.