Lagarde (UDI) veut éviter de nouvelles affaires Benalla en "changeant la Constitution"

Député et président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde est l'invité des "4 Vérités" de France 2 jeudi 20 septembre.

Voir la vidéo
France 2

"Le cas Benalla ne m'intéresse pas. Les Français ont compris que ce monsieur croyait qu'il était au-dessus des lois. Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Nous avons dans notre pays un excès de pouvoir possible à l'Élysée parce qu'il n'y a pas de contre-pouvoir en place", estime Jean-Christophe Lagarde dans "Les 4 Vérités" jeudi 20 septembre.

Et le président de l'UDI de poursuivre : "J'attends d'Emmanuel Macron qu'il garantisse aux Français que ça ne se reproduira pas après lui. Pour cela, il faut changer les institutions et la Constitution, faire en sorte que le Parlement ait des capacités de contrôle de ce qui se passe à l'Élysée. Rééquilibrer les pouvoirs évite ce genre de dérives, ce sera le combat de l'UDI".

L'UE en danger

Il défend également Gérard Collomb : "Dire dès maintenant qu'il sera candidat aux municipales est plutôt honnête", mais souhaite qu'il démissionne rapidement. "Je ne ferai pas des élections européennes un référendum national, comme La France insoumise ou le Rassemblement national", déclare aussi le député centriste. "Aucun des pays de l'UE n'est capable de résister tout seul aux attaques des États-Unis, de la Chine et de la Russie. C’est ensemble qu'on est capable de le faire", prévient-il également.

"Unir nos forces avec Emmanuel Macron, c'est offrir la possibilité à ceux qui veulent démolir l'UE d'exercer un référendum pour ou contre Macron. On peut défendre l'UE à plusieurs voix, mais l'UDI prendra sa décision en décembre ou en janvier", conclut Jean-Christophe Lagarde.

Le président de l\'UDI Jean-Christophe Lagarde s\'exprime à Montélimar le 22 septembre 2016.
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde s'exprime à Montélimar le 22 septembre 2016. (CITIZENSIDE/CHRISTOPHE ESTASSY / AFP)