L'Elysée a écrit à Alexandre Benalla pour lui interdire de se réclamer du chef de l'Etat dans sa nouvelle vie

Le directeur de cabinet du président de la République a écrit à l'ancien chargé de mission de l'Élysée pour lui demander de ne pas se réclamer d'Emmanuel Macron. 

Alexandre Benalla et Emmanuel Macron, le 14 juillet 2018. 
Alexandre Benalla et Emmanuel Macron, le 14 juillet 2018.  (PHILIPPE WOJAZER / POOL)

Le directeur de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda, a écrit il y a quelques jours à l'ancien chargé de mission de l'Élysée Alexandre Benalla pour lui interdire de se réclamer d'Emmanuel Macron dans sa nouvelle vie d'homme d'affaires, a appris franceinfo auprès de l'Elysée, confirmant des informations du Monde et de l'AFP.

Dans cette lettre, Patrick Strzoda estime qu'il ne peut "laisser sans réaction l’existence de relations d’affaires en France ou à l’étranger avec des intérêts privés, tout à fait incompatibles avec vos fonctions (…)  S’agissant de vos activités personnelles actuelles, nous vous demandons de veiller qu’elles soient conduites dans le strict respect des obligations de secret et des devoirs déontologiques liés à l’exercice de vos fonctions passées au sein du cabinetrévèle Le Monde. Cette lettre, qu'Alexandre Benalla a reçue au moment où Emmanuel Macron était au Tchad, a également été transmise au procureur de la République de Paris. 

L'Élysée se dit "serein" mais "ulcéré"

Il s'agit d'une "simple précaution", assure-t-on à l'Élysée. "Nous n'avons rien à craindre, rien à cacher. Nous sommes extrêmement sereins", poursuit cette source élyséenne. "Sereins" mais "ulcérés" précise-t-on dans l'entourage d'Emmanuel Macron que l'on puisse "mettre en cause la probité du chef de l'État, qui s'est toujours refusé à perpétuer la République des intermédiaires."

Alexandre Benalla, ancien collaborateur du président de la République limogé en juillet et mis en examen "pour violences volontaires", a assuré que son voyage au Tchad n'avait "rien à voir" avec Emmanuel Macron.