"Cher ami" : le message chaleureux du préfet de police de Paris à Alexandre Benalla

"Le Canard enchaîné" dévoile un mot dans lequel il remercie l'ancien conseiller en charge de la sécurité d'Emmanuel Macron, en janvier 2018.

Michel Delpuech, préfet de police de Paris, lors de son audition par la commission des Lois, sur l\'affaire Alexandre Benalla, à l\'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018.
Michel Delpuech, préfet de police de Paris, lors de son audition par la commission des Lois, sur l'affaire Alexandre Benalla, à l'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018. (MAXPPP)

"Un interlocuteur connu." C'est ainsi que le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, avait décrit Alexandre Benalla, lors de son audition, lundi 23 juillet, devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale consacrée aux agissements de l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, filmé en train de frapper des manifestants le 1er mai à Paris. Toutefois, le préfet avait indiqué, comme pour marquer sa distance avec l'intéressé : "Dans mon téléphone portable, je n'ai jamais eu le numéro de monsieur Benalla."

Dans son édition du mercredi 8 août, Le Canard enchaîné révèle pourtant un chaleureux message signé de la plume de Michel Delpuech et destiné à Alexandre Benalla. "Cher ami", c'est ainsi que débute ce mot daté du 22 janvier 2018, dans lequel le préfet de police remercie l'ancien conseiller du chef de l'Etat pour "la magnifique photo souvenir de quelques forces de l'ordre réunies autour du couple présidentiel". Il se conclut d'un "amicalement à vous".

"Un pur geste de courtoisie"

Interrogé par Le Canard au sujet de ce message – retrouvé par les enquêteurs lors de la perquisition du domicile d'Alexandre Benalla Michel Delpuech concède "un pur geste de courtoisie".

Face aux députés réunis en commission d'enquête, le préfet de police de Paris avait jugé que des "dérives individuelles inacceptables, condamnables, sur fond de copinages malsains" étaient à l'origine de l'affaire Benalla, qui "n'est évidemment pas sans conséquences sur la préfecture de police".