Affaire Benalla : Christophe Castaner entendu par les enquêteurs

Le patron de La République en Marche a été entendu mardi 31 juillet par la commission d'enquête du Sénat. Son audition était attendue.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Les auditions dans l'affaire Benalla se poursuivent. Mardi 31 juillet, c'était au tour de Christophe Castaner d'être entendu par les enquêteurs. Le patron de La République en Marche a été contraint de s'expliquer, notamment sur ses récentes déclarations. Dans un interview, il avait affirmé qu'Alexandre Benalla n'était qu'un "simple bagagiste", évoquant son rôle mineur dans le dispositif de sécurité mis en place autour du bus de l'équipe de France championne du monde. "Lorsque la question m'est posée, je réponds. Je ne suis pas l'employeur de cette personne, je ne sais pas quelles étaient ses missions", s'est défendu Christophe Castaner devant la commission d'enquête du Sénat.

Une procédure de licenciement en cours envers Vincent Crase

Le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement est revenu sur le rôle de Vincent Crase, un salarié du parti qui se trouvait au côté d'Alexandre Benalla le 1er mai. "Il a fait l'objet d'une suspension de ses fonctions entre le 4 et le 18 mai. Elle lui a été signifiée par lettre recommandée avec accusé de réception et il n'y avait pas de suspension de salaire", a-t-il souligné. Christophe Castaner a également affirmé qu'une procédure de licenciement était en cours. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime qu\'il faut modifier l\'habitude des agents municipaux de Marseille.
Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime qu'il faut modifier l'habitude des agents municipaux de Marseille. (ERIC FEFERBERG / AFP)