Cet article date de plus de trois ans.

"Acte totalement inexcusable" ou stratégie pour "écorner l'image" de Macron : les militants LREM déboussolés par l'affaire Benalla

La polémique autour d'Alexandre Benalla divise les militants de la première heure de La République en Marche. Certains dénoncent les violences du conseiller d'Emmanuel Macron. D'autres sous-entendent un complot pour affaiblir le président de la République.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alexandre Benalla, lors de l'arrivée de l'équipe de France de football championne du monde, à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'affaire Alexandre Benalla secoue le gouvernement, la majorité parlementaire et les membres du parti La République en Marche. Qu'en est-il du côté des militants ? À Marseille, où l'un des premiers comités de soutien au candidat Macron a été créé, les électeurs sont partagés.

Des "mesures fortes" espérées par des militants

Laurence, militante encore active mais qui souhaite garder l'anonymat, à son avis sur le silence d'Emmanuel Macron sur cette affaire. "Il y a les gens qui l'ont suivi pendant toute la campagne et à qui il accorde une confiance absolue. Là, il a probablement fait preuve peut-être d'un peu de légèreté par rapport à la réaction. On retrouve quelqu'un qui finalement est un être humain", estime Laurence, pour qui "très clairement, l'acte est totalement inexcusable."

Pour Guillaume, un autre électeur d'Emmanuel Macron, la trajectoire fulgurante d'En Marche et l'ivresse des sommets a fait tourner la tête à Alexandre Benalla. "Dans toutes les organisations humaines, il y a des gens qui mentent un peu, qui sont un poisson dans l'eau dans la hiérarchie, qui vont aller voir des gens qui font du copinage".

C'est l'occasion de nettoyer les écuries d'Augias et je pense que le président va prendre des mesures fortes là-dessus

Guillaume, militant LREM

franceinfo

D'autres militants agitent en revanche la théorie du complot et pointent du doigt une stratégie pour attenter à l'image du président de la République. "Évidemment, on est en train de creuser du côté de ce qui peut affecter les troupes mais aussi l'image d'Emmanuel Macron qui a gagné, donc il faut écorner cette image-là", assure un militant En Marche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès Alexandre Benalla

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.