Vidéo Présidentielle 2022 : "La décroissance, ce n'est pas les Amish", assure Delphine Batho

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Cette "obsession pour la croissance économique" ne permet "aucun chemin crédible de lutte contre le réchauffement climatique", estime sur franceinfo la candidate à la primaire écologiste.

"La décroissance ce n'est pas les Amish ni la lampe à huile, la décroissance c'est d'abord une issue de secours mais aussi un projet de société positif", a déclaré vendredi 10 septembre sur franceinfo Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et candidate à la primaire écologiste. "Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l'écologie contemporaine", s'était moqué Emmanuel Macron en septembre 2020.

>> Election présidentielle : que proposent les candidats à la primaire écologiste ?

"Nous sommes aujourd'hui dans une situation de grande souffrance, rongée par le consumérisme, par le productivisme qui détruit tout et nous emmène dans le mur, qui détruit le climat, qui détruit la biodiversité, mais qui provoque aussi énormément de souffrances sociales", insiste Delphine Batho. D'après elle, tout cela est dû à notre modèle de société qui est "dans une course folle à l'augmentation de la croissance économique, c'est à dire l'augmentation du PIB."

Cette "obsession pour la croissance économique" ne permet "aucun chemin crédible de lutte contre le réchauffement climatique", poursuit la coordinatrice nationale de Génération Ecologie. Pour demain, elle prône "un monde de partage et de réduction des inégalités en respectant les limites planétaires."

67% des Français sont "pour la décroissance"

La décroissance signifie-t-elle que les plus pauvres vont devoir se serrer la ceinture ? "Les catégories populaires et modestes qui ont tout à y gagner", répond Delphine Batho. La décroissance, "c'est une alimentation saine, c'est la fin du consumérisme, du tabassage publicitaire à longueur de journée pour vous inciter à consommer encore plus, à être frustré en permanence", assure-t-elle. L'ancienne ministre de l'Ecologie cite également les économies d'énergies qui peuvent être réalisées avec des logements mieux isolés.

Pour appuyer son discours, Delphine Batho souligne que 67% des Français sont "pour la décroissance au sens de la réduction de la consommation, de la production, pour améliorer le bien-être de l'humanité", une statistique notamment présente dans un sondage Odoxa de 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.