Cet article date de plus d'un an.

Éric Piolle (EELV) : Le pouvoir "jupitérien" d'Emmanuel Macron "a montré son impuissance"

Publié
Durée de la vidéo : 9 min.
piolle
franceinfo
Article rédigé par
P. Loison, J. Nény - franceinfo
France Télévisions

Éric Piolle, maire Europe Ecologie Les Verts (EELV) de Grenoble (Isère), candidat à la primaire des Verts pour la présidentielle et auteur de "De l'espoir ! pour une République écologique", est invité dans le 23h de franceinfo mercredi 30 juin.

"Les écologistes ont longtemps été des lanceurs d'alerte et occupé une fonction de contre-pouvoir. La nouvelle génération a accédé au pouvoir dès 2014 à Grenoble (Isère) et dans d'autres villes et villages depuis les municipales de 2020", rappelle l'écologiste Éric Piolle.

"Dans les dix dernières années, nous avons eu dix ministres de l'Écologie, ça montre que nous devons conquérir l'Élysée pour avoir le pouvoir de mettre en acte les objectifs climatiques et énergétiques qu'elle vote", estime le candidat à la primaire ouverte des écologistes pour la présidentielle de 2022, qui aura lieu en septembre.

"Quarante années d'impuissance"

"La campagne sera incarnée avec un meneur ou une meneuse. Je souhaite que ce soit moi, j'ai travaillé à la fois sur moi-même et avec mes équipes. Je veux rentrer à l'Élysée pour sortir la France de quarante années d'impuissance, traiter les problèmes sociaux et environnementaux, renouveler la démocratie également", explique le maire EELV de Grenoble.

"Ce pouvoir jupitérien a montré son impuissance. Le temps est venu d'avoir des gens qui travaillent de façon plus collective", assure l'auteur du livre De l'espoir ! pour une République écologique.

"Il y a une homogénéité de projets entre mes rivaux Yannick Jadot, Sandrine Rousseau et moi. Après c'est une méthode et un style. Moi je viens amener un parcours, les expériences de l'exécutif local, du pouvoir, de la victoire", se targue Éric Piolle, qui se refuse à dénigrer ses concurrents à la primaire écologiste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.