Congrès d'EELV : il faut "se positionner comme exercice du pouvoir", martèle le maire de Grenoble, Eric Piolle

A l'occasion du congrès de son parti, Eric Piolle a confirmé son soutien à Marine Tondelier pour succéder à Julien Bayou à la tête d'Europe-Ecologie Les Verts.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, en août 2022. (OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Samedi 26 novembre a lieu le congrès décentralisé d'Europe Écologie Les Verts (EELV). Les 11 000 adhérents du parti votent pour élire leurs délégués. Ce sera ensuite à eux de désigner la nouvelle secrétaire nationale, le 10 décembre. À cette occasion, le maire de Grenoble, Eric Piolle, était l'invité de France Inter, samedi matin.

Six candidates sont en lice pour succéder à Julien Bayou, démissionnaire. Le maire de Grenoble a confirmé son soutien à son ancienne directrice de campagne lors des primaires et la conseillère municipale d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Marine Tondelier. Avec cette nouvelle élection, Eric Piolle veut qu'EELV "se positionne comme exercice du pouvoir et pas comme l'aiguillon de contre-pouvoir".

Après le score de 4,6% de Yannick Jadot à l'élection présidentielle et l'échec aux législatives, Eric Piolle concède que "la Nupes a permis à la gauche et aux écologistes de survivre". Les écologistes comptent actuellement 23 députés à l'Assemblée nationale. Il poursuit : "le président ferait bien de voter la proportionnelle et de dissoudre" l'Assemblée "pour que la France soit représentée et qu'on puisse avoir d'autres formes de débats".

Le maire de Grenoble est aussi revenu sur l'affaire Adrien Quatennens. "Aucun homme violent ne peut représenter la France", assume-t-il après les nouvelles accusations portées par l'épouse du député de La France insoumise, le 23 novembre dernier. "Aujourd'hui, il est sur la touche et c'est bien qu'il soit sur la touche."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe-Ecologie Les Verts (EELV)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.