Réforme constitutionnelle : retour sur un fiasco politique

Après quatre mois de débats et de polémiques, François Hollande a finalement décidé d'abandonner la réforme constitutionnelle.

France 2

Dans une déclaration solennelle ce mercredi 30 mars, François Hollande a annoncé en quelques mots qu'il renonçait à la réforme constitutionnelle : "J'ai décidé, après m'être entretenu avec les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, de clore le débat constitutionnel."

Quelques heures plus tard, le Premier ministre accuse l'opposition d'être responsable de cet échec. "Comment ne pas regretter cette incapacité à nous rassembler ?" a lancé Manuel Valls dans l'Hémicycle.

Le chef de l'Etat dans l'impasse

Le 16 novembre dernier, au lendemain des attentats, François Hollande propose la déchéance pour les binationaux nés français et condamnés pour terrorisme. Il est alors ovationné à droite comme à gauche.

Mais la gauche se fracture. A l'Assemblée nationale, elle veut la déchéance pour tous les Français et refuse la proposition du chef de l'Etat. L'Assemblée s'oppose alors au Sénat. Ce dernier, majoritairement à droite, rétablit la déchéance pour les binationaux. Pas de compromis possible, c'est l'impasse. Le chef de l'Etat est alors contraint de reculer. La droite l'accuse ce soir d'inefficacité.

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande accueille Jean-Yves Le Drian et Manuel Valls, le 22 mars 2016, à l\'Elysée.
François Hollande accueille Jean-Yves Le Drian et Manuel Valls, le 22 mars 2016, à l'Elysée. (GONZALO FUENTES / REUTERS)