Dans une interview au Figaro, le Premier ministre défend Nicolas Sarkozy dont la cote est en berne

François Fillon appelle la majorité à faire front aux côtés de Nicolas Sarkozy dans la perspective de 2012.Il estime, dans cet entretien publié samedi, que le président de la République est le "seul et meilleur candidat pour 2012".

François Fillon (archives)
François Fillon (archives) (AFP/Joël Saget)

François Fillon appelle la majorité à faire front aux côtés de Nicolas Sarkozy dans la perspective de 2012.

Il estime, dans cet entretien publié samedi, que le président de la République est le "seul et meilleur candidat pour 2012".

Par ailleurs, évoquant les élections cantonales des 20 et 27 mars, le chef du gouvernement s'est déclaré défavorable au principe de "faciliter l'ascension du Front national" en cas de duels PS/FN au second tour.

Interrogé sur l'attitude qu'adopterait l'UMP en cas de duels entre le Parti socialiste et le FN lors du second tour des cantonales, le Premier ministre répond qu'il ne croit "pas que cela se produise". Et d'ajouter: "Pour ma part, mon attitude sera sans ambiguïté, comme elle l'a toujours été: nous n'avons pas à faciliter l'ascension du Front national."

Concernant la future présidentielle de 2012, François Fillon a affirmé que Nicolas Sarkozy était le seul candidat possible pour ce scrutin et défendu le principe d'"une seule candidature de la droite et du centre". "Non seulement (le chef de l'Etat) est le seul, mais il est le meilleur candidat possible. C'est lui qui rassemble le plus largement possible la majorité. Et il pourra faire campagne sur la crédibilité. Toute autre candidature serait une candidature de division qui ouvrirait un boulevard à la gauche", a déclaré le Premier ministre.

La cote de popularité de François Fillon, comme celle du chef de l'Etat, est au plus bas depuis 2007. Malgré tout, le chef du gouvernement affirme ne pas ressentir de lassitude et explique qu'il essaie "de ne jamais être prisonnier de l'urgence". "La succession de crises qu'on vient de connaître rend les choses plus difficiles mais aussi la mission plus exaltante."

Hausse des prix des carburants: Bercy doit être vigilant
Dans "Le Figaro", François Fillon a annoncé avoir demandé à la ministre de l'Economie Christine Lagarde de "mobiliser ses services" pour vérifier qu'il n'y a "pas d'abus" dans la répercussion de l'envolée des cours du pétrole sur les prix à la pompe suite à la situation de guerre civile en Libye.

Invité à dire si le gouvernement comptait intervenir pour atténuer la hausse des prix des carburants, le Premier ministre a répondu qu'il existait "déjà des mesures sociales d'aide aux plus vulnérables". "La situation des finances publiques ne permet pas de nouvelles dépenses", a-t-il ajouté.

Face aux combats en Libye, les prix du pétrole ont atteint vendredi un plus haut depuis septembre 2008, à 103,54 dollars le baril de brut.

Déficits: un projet de loi en Conseil des ministres mi-mars
François Fillon affirme que le projet de loi sur l'inscription dans la Constitution de la règle d'équilibre des finances publiques sera présenté en Conseil des ministres le 16 mars, avec un vote par
les députés, et "si possible du Sénat avant l'été". L'hôte de Matignon, qui ne cesse de présenter la réduction des déficits publics comme sa grande priorité, se dit "absolument" déterminé à aboutir.