Cet article date de plus de huit ans.

Crise grecque : Manuel Valls tacle le diagnostic posé par Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a posé un diagnostic sur la Grèce en estimant que le pays a suspendu "de fait" son appartenance à l’euro. Une position jugée "irresponsable" par le Premier ministre Manuel Valls.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Manuel Valls n'a pas apprécié le diagnostic sur la Grèce posé par Nicolas Sarkozy © MaxPPP)

Alors que la Grèce cherche à relancer les négociations avec ses créanciers internationaux, le dossier épineux et sensible s’est invité dans la politique franco-française. Manuel Valls a vivement réagi à l’état des lieux de la situation européenne développé par Nicolas Sarkozy, dans le quotidien Le Monde .

A LIRE AUSSI ►►►La Grèce n'a pas remboursé le FMI, nouveau délai demandé

Le président des Républicains a estimé que le gouvernement grec avait "de fait" suspendu son appartenance à la zone euro, "en refusant les propositions qui lui ont été faites" . Par ailleurs, l’ancien chef de l’Etat a critiqué "le pronostic isolé" de François Hollande, quand le président de la République estime qu’il n’y a pas de risque pour la France.

"Le seul pronostic isolé de Monsieur Hollande n'est pas de nature à rassurer les observateurs de la zone euro"

Lors des questions d’actualité à l’Assemblée nationale, Manuel Valls a estimé qu’"un accord était encore possible entre la Grèce et ses créanciers" . Sans nommer Nicolas Sarkozy, le Premier ministre a souligné qu’"il ne fallait pas jeter de l’huile sur le feu" , par des déclarations "pas responsables"

"En ces heures très délicates de négociations où il est possible d’espérer un accord, mais où les choses reconnaissons le restent fragiles, j’invite chacun à faire preuve de retenue, de responsabilité et de sang-froid. La France se bat elle n’est pas dans le veto."

Manuel Valls a ajouté qu'il s'inscrivait "en faux, contre certains, notamment un ancien président de la République qui déclare que la Grèce est sortie de fait de la zone euro. Ces polémiques, ces analyses trop rapides nuisent au débat".

Manuel Valls a salué en revanche "les déclarations responsables de trois anciens Premiers ministres, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon ".

La réponse de Manuel Valls aux déclarations de Nicolas Sarkozy

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a jugé qu’il fallait "éviter tout ce qui viendrait rajouter de l’instabilité" . "La Grèce n’est pas sortie de la zone euro. Ça n’est pas le cas, ça n’est pas vrai" a-t-il martelé.

La réaction de Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, aux propos de Nicolas Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.