Contrôle renforcé des chômeurs : les syndicats "atterrés", "abasourdis"

Le ministre du Travail François Rebsamen a demandé mardi à Pôle emploi de "renforcer les contrôles" pour vérifier que les chômeurs "cherchent bien un emploi". Les organisations syndicales dénoncent une stigmatisation des chômeurs.

(Le ministre du Travail François Rebsamen demande à Pôle emploi de renforcer ses contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi © Maxppp)

Les réactions sont vives, après les déclarations du ministre du Travail mardi sur i-Télé. "J e demande à Pôle emploi de renforcer les contrôles pour vérifier que les gens cherchent bien un emploi. Il faut qu'il y ait, à un moment, une sanction ", avait-il déclaré dans la matinée, affirmant que 350.000 postes ne sont pas pourvus.

A LIRE AUSSI ►►► Rebsamen veut un contrôle renforcé des chômeurs

"C'est assez pathétique"

La CGT, par la voix d'Eric Aubin, membre de la direction du syndicat, a estimé que le chiffre des 350.000 emlois non pourvus avancés par le ministre ne s'appuient que "sur des projections " et ne prennent pas en compte "la nature " des emplois en question, estime-t-il.

"La politique menée par François Hollande depuis son arrivée au pouvoir n’a pas permis d’inverser la courbe du chômage et la meilleure façon aujourd’hui de l’inverser, c’est de radier les demandeurs d’emploi pour qu’ils n’apparaissent plus sur les listes .”

"C’est un constat d’échec du gouvernement" : Eric Aubin, CGT
--'--
--'--

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, s'est dit mardi "atterré " par les propos du ministre du Travail. Stéphane Lardy, secrétaire de FO chargé de l'emploi, s'est dit lui “abasourdi ” par l’intervention du ministre. 

Si la politique de l'emploi de notre gouvernement c'est simplement de stigmatiser des chômeurs, franchement je trouve que c'est assez pathétique ".

Il a poursuivi en accusant le gouvernement d'"enfoncer des portes ouvertes " et de proposer une politique économique et sociale "pauvre ".

Selon Emmanuel M'Hebdi, secrétaire national du SNU-FSU, premier syndicat de Pôle emploi, les déclarations du ministre sont scandaleuses et démagogiques.

La priorité, c’est d’accompagner de manière plus efficace les personnes, (...) car plusieurs conseillers ont des centaines de personnes à suivre. [Là] on part d'un précepte que le chômeur est de fait plutôt fraudeur et fainéant, c’est un peu l’idéologie nauséabonde distillée dans ce qu’a affirmé le ministre ce matin. (...) Les personnes qui ne cherchent pas du travail [sont très] à la marge. ” 

"Les personnes qui ne cherchent pas du travail [sont très] à la marge" - Emmanuel M'Hebdi, Secrétaire national du SNU-FSU
--'--
--'--