Primes en liquide : la condamnation de Claude Guéant "restera une tache indélébile" dans sa carrière

L'ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy alors ministre de l'Intérieur a été définitivement condamné à un an de prison ferme, mercredi 16 janvier. "Il va devoir faire face à ses responsabilités", estime sur franceinfo le journaliste Fabrice Lhomme.

Claude Guéant a été condamné à un an de prison ferme dans l\'affaire des primes en liquide au ministère de l\'Intérieur.
Claude Guéant a été condamné à un an de prison ferme dans l'affaire des primes en liquide au ministère de l'Intérieur. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Fabrice Lhomme, grand reporter au Monde, a estimé mercredi 16 janvier sur franceinfo que la confirmation de la condamnation de Claude Guéant "restera une tache indélébile" dans sa carrière. L'ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy a été définitivement condamné à un an de prison ferme dans l'affaire des primes en liquide du ministère de l'Intérieur, après le rejet de son pourvoi en cassation.

franceinfo : Pouvez-vous nous rappeler le coeur de cette affaire ?

Fabrice Lhomme : C'est du temps où Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur entre 2002 et 2004. Il avait comme directeur de cabinet Claude Guéant. Durant cette période, monsieur Guéant a été accusé de s'être versé des primes en espèce qui normalement étaient destinées à récompenser des policiers méritants. Non seulement il en a gardé une partie pour lui, mais en plus, il en a distribué quelques-unes à ses collaborateurs au cabinet qui ont été aussi condamnés.

C'était la dernière chance pour Claude Guéant ?

C'était le dernier espoir. Cet espoir est ruiné. Il va devoir faire face à ses responsabilités qui sont lourdes. D'abord parce qu'il est condamné à une grosse somme, 75 000 euros d'amende. Je pense qu'il a les moyens de la payer sans grande difficulté. Ce qui est plus terrible pour lui, ce sont les peines très sévères. Deux ans de prison, dont un an ferme. C'est assez rare des condamnations de prison ferme pour des hommes politiques.

Va-t-il aller en prison ?

Non, je ne pense pas. En matière judiciaire, il faut se garder de pronostics. Normalement, la règle veut que pour les peines de prison ferme, pour tout un chacun, lorsqu'elles sont inférieures à deux ans, la règle veut qu'il y ait un juge d'application des peines et qu'il aménage la peine pour éviter que la personne aille en prison (...) Il y aura sans doute des aménagements de peine, des travaux d'intérêt général. Il devra sans doute pointer au commissariat, mais déjà en soi c'est suffisamment humiliant, je pense (...) Mais on ne sait jamais, il peut tomber sur un juge très sévère, mais cela reste improbable (...) Ça restera une tache indélébile dans la carrière de Claude Guéant. Il est déjà mis en cause dans de multiples affaires.

Cela vous surprend ?

Il faut préciser une chose concernant Claude Guéant. C'est assez surprenant pour ceux qu'ils l'ont connu dans sa première carrière de haut fonctionnaire, notamment directeur de la police nationale dans les années 90. C'était un homme dont le meilleur synonyme aurait été, s'agissant de sa personnalité, l'intégrité. C'est surprenant. Apparemment, il y a eu une sorte de dérive ces dernières années. Il a eu des problèmes dans sa vie privée. Il a changé vraiment et d'un seul coup, il a eu un attrait pour l'argent qui a été apparemment au-delà de la loi.