Affaire des primes en liquide : la garde à vue de Claude Guéant levée

L'ancien ministre de l'Intérieur a été entendu, pendant 15 heures, par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre. 

L\'ancien ministre de l\'Intérieur Claude Guéant quitte le siège de l\'UMP, le 8 juillet 2013 à Paris. 
L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant quitte le siège de l'UMP, le 8 juillet 2013 à Paris.  (MARTIN BUREAU / AFP)

Son audition dans les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales de Nanterre a duré quinze heures. La garde à vue de l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, convoqué à 8 heures mardi 17 décembre, dans le cadre de l'affaire des primes en liquide, a été levée, a indiqué son avocat, mardi peu avant minuit.

Selon sa défense, Claude Guéant, qui devait être interrogé sur les 10 000 euros mensuels de primes non déclarées qu'il aurait perçues entre 2002 et 2004 lorsqu'il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau, "a apporté beaucoup de réponses", "jugées convaincantes et satisfaisantes".

En fin d'après-midi, l'ancien directeur général de la police nationale Michel Gaudin, également placé en garde à vue dans la matinée, est ressorti des locaux de Nanterre. C'est la première fois en France que deux anciens responsables de la police de ce niveau sont entendus sous ce régime.