Claude Guéant annonce une nouvelle circulaire sur les étudiants étrangers

Face à la mobilisation dans les universités, aux réserves au sein du gouvernement et au Medef, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a annoncé, vendredi 23 décembre, une nouvelle circulaire sur le travail des étudiants étrangers.

Claude Guéant, ministre le l\'Intérieur, le 8 décembre 2011 au Sénat.
Claude Guéant, ministre le l'Intérieur, le 8 décembre 2011 au Sénat. (BERTRAND GUAY / AFP)

Face à la mobilisation dans les universités, aux réserves au sein du gouvernement et au Medef, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a annoncé, vendredi 23 décembre, une nouvelle circulaire sur le travail des étudiants étrangers.

La circulaire du ministre de l'Intérieur sur le travail des étudiants étrangers divise au sein même de la majorité et du gouvernement. Elle sera remplacée par un nouveau texte, qui cette fois fera l'objet d'une concertation, début 2012.

Ce qui apparaît comme un changement de pied est intervenu après une rencontre entre Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, vendredi 23 décembre.

"Résolu", la veille, à faire une circulaire "spécifique sur le travail des étudiants étrangers", M. Guéant devrait, maintenant, présenter un nouveau texte au début de l'année, à la suite d'une concertation avec les acteurs concernés.

"Une circulaire spécifique" sera "adressée aux services préfectoraux" début 2012 après une réunion "dans les premiers jours de janvier" entre les ministères concernés et des organisations de l'enseignement supérieur, selon un communiqué de la place Beauvau. Cette nouvelle circulaire n'a pas strictement vocation à remplacer celle du 31 mai sur l'immigration professionnelle mais à "la compléter" en "levant les malentendus", a-t-on précisé vendredi soir au ministère.

Le ministre de l'Intérieur entend ainsi clarifier l'application de la circulaire du 31 mai, présentée comme un outil de baisse de l'immigration légale. Selon ses détracteurs, cette circulaire prive la France de compétences de haut niveau, qui plus est, formées dans ses propres universités et grandes écoles.

"Des malentendus, des interrogations"

"Je note qu'il y a des malentendus, des interrogations, et je suis résolu à avoir une concertation approfondie avec les parties prenantes", avait déclaré jeudi M. Guéant sur Europe 1. Selon lui, le gouvernement a accordé 6 500 autorisations de séjour pour des étudiants étrangers devenus salariés en 2011.

Pour Hajer Gorgi, porte-parole du Collectif du 31 mai, qui avait organisé une manifestation à Paris le 17 décembre, seuls 250 cas ont été réglés sur 900 recensés depuis l'entrée en vigueur de la circulaire.

Le texte contesté demande aux préfets d'instruire "avec rigueur" les demandes d'autorisation de travail des étudiants, et d'exercer un "contrôle approfondi" des demandes de changement de statut des étudiants étrangers. Elle s'inscrivait dans la volonté des autorités de réduire l'immigration légale, thème sur lequel M. Sarkozy avait fait campagne en 2007 en défendant "l'immigration choisie".

Après sa publication, de nombreux diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, qui avaient été recrutés dans des entreprises françaises, n'ont pas pu obtenir un changement de statut [d'étudiant à salarié], un sujet d'inquiétude pour les universités, les grandes écoles, ainsi que pour le patronat.

Une pétition pour le retrait de la circulaire

Une centaine de personnalités, dont le philosophe Edgar Morin et le prix Nobel de physique Albert Fert, avaient lancé une pétition demandant "le retrait" de la circulaire du 31 mai. Elle recueillait vendredi soir près de 20 000 signatures.

Charles Givadinovitch, secrétaire national de l'UMP chargé de la lutte contre la précarité et la pauvreté, a demandé à M. Guéant de supprimer cette circulaire qui "va à l'encontre de toute logique économique puisque nos entreprises ont réellement besoin de ces salariés qualifiés qui apportent leur double culture, véritable richesse".

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand indiquait jeudi qu'il avait "un problème" avec cette circulaire. Samedi dernier, le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, avait lui estimé qu'"on s'est plantés".

"Seul un retrait immédiat de cette circulaire serait de nature à rassurer les étudiants du monde entier, les diplômés étrangers en France, les entreprises qui les recrutent et les établissements d'enseignement supérieur français", a assuré vendredi Jack Lang, ancien ministre (PS) de l'Education nationale, dans une lettre à François Fillon.

Après l'annonce d'un nouvelle circulaire, vendredi soir, les étudiants étrangers réunis au sein du collectif du 31 mai ont demandé à être reçus début janvier par M. Guéant pour pouvoir participer à la concertation. "Nous ne serons satisfaits que lorsque nous constaterons un changement dans le texte. Un changement qui devra se concrétiser rapidement sur le terrain", ont-ils ajouté.