Christian Estrosi et l'embarrassante histoire du bureau raboté du maire de Nice

Le premier adjoint niçois a été épinglé pour avoir inventé, en direct sur franceinfo, des excuses que le journal "Nice-Matin" lui aurait adressées après la publication d'un article.

Christian Estrosi, le 17 septembre 2016, dans son bureau à Nice. 
Christian Estrosi, le 17 septembre 2016, dans son bureau à Nice.  (ERICK GARIN / AFP)

C'est une histoire d'agencement qui, visiblement, embarrasse Christian Estrosi. Le journal Nice-Matin relevait en début de semaine que le bureau du maire au conseil municipal de Nice, qu'occupait Christian Estrosi jusqu'en juin, a été raboté pour être au même niveau que celui des adjoints.

Depuis qu'il a pris la présidence du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi a en effet dû céder la place de premier édile à Philippe Pradal, pour devenir son premier adjoint. Mais pas question de lui laisser pour autant une place surélevée sur la tribune de l'hémicycle.

L'élu invente des excuses de "Nice-Matin"

Un excès d'orgueil de l'élu niçois ? Interrogé par franceinfo sur cette étonnante histoire d'agencement, vendredi 21 octobre, Christian Estrosi s'est justifié. "Nous avons publié des images qui démontrent qu'il s'agit du nouvel hémicycle", dit-il, en expliquant que cette nouvelle configuration doit permettre aux autres élus situés à l'arrière de mieux voir (à partir de la 24e minute)

"Nice-Matin s'en est excusé et, par contre, je relève que vous n'avez pas lu leurs excuses, lance-t-il aux journalistes. Comme quoi on a toujours plus d'attirance pour une information que pour une autre." Problème : Nice-Matin n'a jamais publié d'excuses, contrairement à ce qu'affirme Christian Estrosi. Le journal précise même dans un nouvel article avoir contacté l'élu après son passage sur franceinfo : celui-ci aurait reconnu que son expression n'était "pas adaptée".