Renault - Fiat Chrysler : une fusion tuée dans l'œuf

Mercredi 5 juin, Fiat Chrysler a retiré son offre de fusion avec le groupe Renault. Le constructeur italo-américain pointe à demi-mot la responsabilité de l'État français.

France 2

Fiat Chrysler a retiré son offre de fusion avec le groupe Renault, à l'issue d'un conseil d'administration mercredi 5 juin. Au moment de conclure l'accord, coup de théâtre, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire demande un délai supplémentaire. En colère, le patron de Fiat met fin aux discussions à 00h30 : "Les conditions politiques en France ne sont pas actuellement réunies pour qu'un tel rapprochement puisse être mené à bien."

Des interventions politiques françaises critiquées

Devant les sénateurs, le ministre assume et assure vouloir préserver l'alliance Renault-Nissan. Côté salariés, le mariage raté est plutôt bien accueilli, certains redoutaient la fusion. "Peut-être qu'on va prendre un peu de valeur aux yeux de Nissan", indique un employé. Mais certains syndicats favorables à l'alliance se disent déçus. Même frustration en Italie où le gouvernement et le groupe Fiat regrettent des interventions politiques françaises dans ce dossier. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les entreprises Renault et Fiat-Chrysler ont annoncé, lundi 27 mai, envisager un projet de fusion.
Les entreprises Renault et Fiat-Chrysler ont annoncé, lundi 27 mai, envisager un projet de fusion. (FABRICE COFFRINI / FIAT PRESS OFFICE / AFP)