Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Bug des cours à distance : "On a failli avoir le coup de la pulsion électromagnétique extraterrestre", ironise Benoît Hamon

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le fondateur du mouvement Génération.s a dénoncé sur franceinfo le manque de préparation de l'Education nationale afin d'organiser l'enseignement à distance, victime cette semaine de bugs.

"C'est un fiasco", déclare Benoît Hamon, ancien ministre de l'Éducation nationale et fondateur du mouvement Génération.s, sur franceinfo dimanche 11 avril, au sujet des bugs informatiques du site du Cned "Ma classe à la maison" et de nombreux espaces numériques de travail (ENT) survenus cette semaine. "J'aurais aimé que ça ne le soit pas pour au moins assurer un enseignement à distance de qualité, dans une période où c'est compliqué de transmettre des connaissances et des compétences à distance", regrette-t-il.

>> Covid-19 : trois questions sur les bugs dans l'enseignement à distance

Jean-Michel Blanquer a pointé du doigt auprès de franceinfo "des attaques informatiques apparemment venues venues de l'étranger" pour empêcher les serveurs de fonctionner. "Le ministre nous explique que c'est une attaque informatique étrangère ? On a failli avoir le coup de la pulsion électromagnétique extraterrestre... Ce sera peut-être pour la semaine prochaine ou dans quinze jours après les vacances scolaires", ironise Benoît Hamon.

"Quand on sait que la justification de l'attaque informatique étrangère a été prise le matin en réunion de cabinet, un peu vite manifestement, tout ça n'est pas sérieux."

Benoît Hamon

à franceinfo

Mardi soir, le ministère de l'Education et le Cned ne parlaient plus d'attaques étrangères, mais simplement de cyberattaques, sans préciser d'où elles proviennent. Et au Sénat mercredi, Jean-Michel Blanquer a tenté de dédouaner son administration pour ces dysfonctionnements. "Ce qui n'a pas marché, ce sont les tuyaux" dont la compétence "relève des régions et des départements", a-t-il dit.

" "Je rappelle juste que le personnel du Cned s'est mis en grève pour dénoncer le manque de moyens, l'impréparation, poursuit Benoît Hamon. Honnêtement, j'ai pris soin depuis maintenant plusieurs années de ne pas critiquer tous les matins le ministre de l'Education nationale parce que je trouve que c'est une tâche difficile. Mais à un moment, quand il y a quelque chose qui ne marche pas, il faut dire que ça n'a pas marché et ne pas aller chercher des excuses."

"Séance de rattrapage dans 15 jours, conclut Benoît Hamon, quand il y aura la rentrée des collégiens qui ont une semaine de cours à distance. J'espère que nous ne serons pas encore devant un écran à attendre que la connexion se fasse."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.