Le Parti socialiste est-il au bord de l'implosion?

Depuis ce mercredi 29 mars, les mots sont violents contre Manuel Valls. Certains parlent de trahison, de honte. D'autres y voient la fin du Parti socialiste. Plus d'explication avec Jean-Baptiste Marteau, en direct du siège du Parti socialiste.

FRANCE 2

Le risque d'implosion du Parti socialiste est réel. Jean-Christophe Cambadélis a d'ailleurs essayé de calmer le jeu dès mercredi 29 mars au matin en publiant un communiqué. Il y appelle tous les socialistes au calme. "Mais c'est une demande bien insuffisante pour les proches de Benoît Hamon qui réclament des sanctions immédiates. Certains d'entre eux le disent dans une tribune publiée dans le Monde. Ils dénoncent la passivité de la direction du Parti socialiste, le silence de cette direction face aux défections qui se multiplient", explique Jean-Baptiste Marteau.

Deux gauches s'opposent

Une situation qui révèle bien les difficultés de la primaire, et plus globalement l'affrontement entre deux gauches irréconciliables. Elles s'opposent depuis des années au PS, mais encore plus depuis l'épisode des frondeurs. "Comme me le disait un élu il y a quelques minutes, le PS de François Mitterrand est mort, une recomposition aura lieu de toute manière à l'issue de cette présidentielle", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manuel Valls et Benoît Hamon lors du second tour de la primaire socialiste, le 29 janvier 2017, à Paris. 
Manuel Valls et Benoît Hamon lors du second tour de la primaire socialiste, le 29 janvier 2017, à Paris.  (ERIC FEFERBERG / AFP)