La fédération PS du Pas-de-Calais, sous tutelle, reprend sa "souveraineté" de force

Cette fédération est visée, depuis juin 2013, par une information judiciaire contre X pour corruption.

La plaque posée à l\'entrée des locaux de la fédération PS du Pas-de-Calais, le 6 décembre 2012, à Lens.
La plaque posée à l'entrée des locaux de la fédération PS du Pas-de-Calais, le 6 décembre 2012, à Lens. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Elle se rebelle contre les instances parisiennes du parti. La fédération PS du Pas-de-Calais, mise sous tutelle partielle par le parti en 2012, a décidé, lundi 31 mars, de "reprendre son autonomie, sa souveraineté", évoquant "un acte de défiance ou de défi". Cette décision a été prise "à l'unanimité" par le conseil fédéral du Pas-de-Calais, "sans demander la permission" à Solférino.

Le bureau national du Parti socialiste avait décidé, le 26 juin 2012, une mise sous tutelle partielle de la fédération, la deuxième plus importante de France, où il avait été constaté des dysfonctionnements dans certaines sections. Cette fédération est visée, depuis juin 2013, par une information judiciaire contre X pour corruption.

"Manque de soutien" du PS à Hénin-Beaumont

"C'est une tutelle qui était devenue humiliante, mais aussi inutile et contre-productive, qui a même pu nous freiner dans notre entreprise de rénovation", a insisté Vincent Léna, un des quatre dirigeants de la fédération, qui se plaint d'être "sans cesse renvoyé à un passé dont on n'est absolument pas coupables".

"On ne comprenait plus la raison de cette tutelle, d'autant qu'elle ne s'est jamais exercée. On a même manqué de soutien alors qu'on avait de sacrés défis à relever, comme à Hénin-Beaumont, a-t-il affirmé. La claque des municipales a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase." Il entend désormais "relancer une campagne d'adhésion, notamment auprès des jeunes, qui peuvent se sentir concernés par la progression du Front national".