Cet article date de plus de sept ans.

Achats de voix présumés : des listings d'électeurs retrouvés chez Serge Dassault

Quelque 130 noms figurent sur ce document découvert en juin 2013 par les policiers, selon "Libération".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'homme d'affaires et sénateur UMP Serge Dassault, le 19 novembre 2013 à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)

C'est un document-clé dans l'affaire des éventuels achats de voix à Corbeil-Essonnes (Essonne), dont l'existence est révélée par Libération, mardi 25 février. Les policiers ont en effet saisi des listings d'électeurs dans la résidence du sénateur UMP Serge Dassault. Tous auraient reçu des avantages matériels ou autres de la part de l'ancien maire dans le cadre des municipales organisées en 2008, 2009 et 2010, remportées par Serge Dassault puis par son bras droit Jean-Pierre Bechter.

Quand ces listings ont-ils été retrouvés ? 

Les documents ont été saisis par les policiers de la Division nationale d'investigations financières et fiscales (DNIFF) le 25 juin 2013 lors d'une perquisition au clos des Pinsons, la résidence de Serge Dassault à Corbeil. Le lieu "sert aussi de quartier général pendant les élections", précise Libération. 

Datés de décembre 2009 et janvier 2010, ils semblent "correspondre à la rémunération des électeurs pour la première victoire de [Jean-Pierre] Bechter", homme de confiance et salarié élu en octobre 2009 après l'annulation de l'élection de l'industriel en 2008. Grâce à eux, les juges disposent désormais "d'une mine d'informations", note encore le quotidien, en rappelant que le sénateur et ancien maire de Corbeil-Essonnes a toujours nié en bloc cette affaire d'achats de voix présumés.

Que contiennent-ils ? 

Les documents retrouvés comportent environ 130 noms. Concrètement, il s'agit de quatre versions d'un listing d'électeurs, détaillant "les faveurs dont ont bénéficié des habitants de Corbeil" : prêts, dons, avantages en nature... Elles se présentent sous la forme de tableaux, "complétés par des annotations manuscrites" et comportant "plusieurs colonnes".

La première reprend les noms des bénéficiaires présumés, une autre recueille des commentaires sur "les faveurs réclamées et l'état d'avancement du dossier" et les deux dernières indiquent les mentions "payé" et "non payé" avec des "sommes d'argent", explique le quotidien.

Quelles sont les faveurs accordées ? 

Selon Libération, ces documents décrivent "un système très organisé, orchestré par Serge Dassault, auquel ont participé plusieurs élus et fonctionnaires municipaux". Au total, 70 noms apparaissent concernés par des dons d'argent, "en centaines ou en milliers d'euros".

Plusieurs jeunes se sont aussi fait financer "leur permis auto ou moto", note Libération. Le quotidien relève encore des prêts et des "dons de natures très diverses" comme par exemple "1 000 euros afin de payer une 'amende'", "500 euros pour 'soutien sortie détention'" ou encore "3 904 euros consacrés à une 'formation'".

Pour 45 noms, aucune somme n'a été versée. Il s'agit notamment de jeunes ayant bénéficié de contrats aidés à la mairie de Corbeil. Certains électeurs ont été "embauchés par la municipalité", tandis qu'un fonctionnaire a été "promu".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Dassault

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.