L'instant T, France info

VIDEO. L'instant T de Fabrice Arfi

Fabrice Arfi, journaliste d'investigation à Mediapart, nous raconte le jour où il a été limogé, victime d'une "censure à l'ancienne". Un comble pour l'auteur du scoop sur l'affaire Cahuzac !  

Voir la vidéo

Pour le grand public le nom de Fabrice Arfi, est associé à un scoop : « l’affaire Cahuzac » ou la chute d’un ministre menteur. Nous sommes en 2012.

On aurait pu croire que l’instantT de Fabrice Arfi serait ce moment là et bien non ! C’est une autre histoire: son instant T, c’est son limogeage d’un journal lyonnais en janvier 2006 ! Pour le journaliste  « C’est la première fois que j’ai ressenti la censure à l’ancienne »…. elle est comment la censure aujourd’hui ?

L’instantT c’est aussi une expertise, un point de vue. Fabrice Arfi, vous avez dit en 2015 : « Derrière l’arrogance, l’indécence, les outrances des Balkany, il y a des victimes » et pourtant ils  sont toujours soutenus:. Il est maire de Levallois depuis 30 ans! Comment expliquez-vous qu’ils continuent à réélu? Est-ce que ça ne vous démotive pas ?

En 2017 des journalistes partout dans le monde s’emparent d’un scandale : les paradise paper. Ils dénoncent des sociétés offshore1 qui permettent à des multinationales et de nombreuses personnalités de la vie publique de ne pas payer d’impôts. Vous avez écrit en novembre 2017 : « Les indignations des responsables politiques n’ont pas manqué après les révélations des « Paradise Papers. Tous promettent de s’attaquer à la fraude fiscale. Pourtant, dix ans après le début de la crise financière, rien n’a changé. » ….

Alors ? On termine par une note positive: un sondage du mois de mars note que 92% des français trouve les journalistes « utiles » notamment pour lutter contre les fake news et dénoncer les scandales…. Finalement… on servirait à quelque chose…

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, lors d\'une conférence de presse à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 février 2014.
Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, lors d'une conférence de presse à Pantin (Seine-Saint-Denis), le 3 février 2014. (MAXPPP)