VIDEO. Christine Lagarde "n'est condamnée à rien", selon son avocat

Me Patrick Maisonneuve, un des avocats de l'ancienne ministre de l'Economie, s'est adressé aux journalistes, lundi, après la décision de la Cour de justice de la République.

FRANCE TELEVISIONS

Christine Lagarde a été déclarée coupable de "négligence", mais dispensée de peine, lundi 19 décembre, par la Cour de justice de la République. La directrice générale du Fonds monétaire international était jugée dans l'affaire de l'arbitrage Tapie en 2008, lorsqu'elle était ministre de l'Economie. Elle risquait jusqu'à un an de prison et 15 000 euros d'amende.

Christine Lagarde, dont le casier judiciaire ne fera pas mention de cette condamnation, n'est pas venue assister à la lecture de l'arrêt, car retenue pour "raisons professionnelles" à Washington, selon son avocat Patrick Maisonneuve.

"Elle est reconnue coupable partiellement (…), mais je constate qu'elle n'est condamnée à rien, a déclaré Patrick Maisonneuve devant les journalistes. On a estimé qu'elle ne devait être condamnée à aucune peine puisqu'elle est justement dispensée de peine. Nous positivons partiellement cette décision." L'avocat a précisé qu'il aurait tout de même préféré une relaxe pure et simple.

Condamnée pour n'avoir pas tenté de recours 

La Cour a estimé qu'en ne tentant pas de recours en 2008 contre la sentence arbitrale, la ministre avait bien fait preuve de "négligence" et "rendu inéluctable l'appropriation par les époux Tapie d'une somme de 45 millions euros", correspondant à leur prétendu préjudice moral.

Pour la défense de sa cliente, Patrick Maisonneuve a renchéri : "Elle s'était entourée de l'avis d'un certain nombre de juristes qui, de façon quasi-unanimiste, étaient allés dans le sens du non recours en annulation."

Me Patrick Maisonneuve, un des avocats de Christine Lagarde sortant de la cour de justice de la République, le 19 décembre 2016
Me Patrick Maisonneuve, un des avocats de Christine Lagarde sortant de la cour de justice de la République, le 19 décembre 2016 (LIONEL BONAVENTURE / AFP)