VIDEO. Les deux journalistes du "Monde" sont des "supplétifs d'une police politique", selon l'avocat de Fillon

Me Versini-Campinchi estime que Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qui ont révélé l'affaire Jouyet-Fillon, ne sont pas des "enquêteurs normaux".

Voir la vidéo
EUROPE 1

Le camp Fillon dégaine. Alors que l'image de l'ancien Premier ministre pâtit de l'affaire Jouyet-Fillon, son avocat a défendu son client avec véhémence, mercredi 12 novembre sur Europe 1. Démentant les propos prêtés à François Fillon par Jean-Pierre Jouyet, Me Versini-Campinchi s'en est pris aux journalistes du Monde qui ont révélé l'affaire. "Je ne suis pas convaincu que ces deux journalistes en particulier (...), aujourd'hui et depuis plusieurs années, soient des journalistes enquêteurs normaux. Ils ont un comportement d’auxiliaire ou de supplétif d’une police politique."

Et pas question d'évoquer la liberté de la presse : "La liberté de la presse, ce sont les journalistes emprisonnés ou décapités, c’est-à-dire victimes du pouvoir politique ou dictatorial, ce n’est pas la liberté d’humilier, de calomnier, de diffamer une personne." D'après le défenseur de François Fillon, Fabrice Lhomme et Gérard Davet "sont à la disposition de ceux qui ont contre monsieur Sarkozy un vrai combat politique".

Me Versini-Campinchi a par ailleurs confirmé que François Fillon comptait porter plainte pour diffamation contre les deux journalistes et contre Jean-Pierre Jouyet.

L\'ancien Premier ministre François Fillon, le 26 mars 2014 à Valence (Drôme).
L'ancien Premier ministre François Fillon, le 26 mars 2014 à Valence (Drôme). (CHRISTOPHE ESTASSY / CITIZENSIDE.COM / AFP)