Affaire Jouyet-Fillon : comment le témoin du déjeuner défend François Fillon

Dans un entretien publié mardi sur Le Figaro.fr, Antoine Gosset-Grainville livre des précisions concernant la rencontre entre l'ancien Premier ministre et le secrétaire général de l'Elysée.

Antoine Gosset-Grainville (à gauche), Luc Chatel et Francois Fillon à la sortie d\'un séminaire à Matignon, le 28 juin 2009.
Antoine Gosset-Grainville (à gauche), Luc Chatel et Francois Fillon à la sortie d'un séminaire à Matignon, le 28 juin 2009. (WITT/SIPA)

Il est le troisième participant au déjeuner entre Jean-Pierre Jouyet et François Fillon, le 24 juin. L'avocat Antoine Gosset-Grainville dément la version du secrétaire général de l'Elysée et prend la défense de l'ancien Premier ministre, mardi 11 novembre, dans un entretien donné au site du Figaro. "Ce déjeuner n'a pas porté sur des questions de politique nationale, encore moins sur les affaires de l'UMP", affirme-t-il, précisant qu'à "aucun moment François Fillon n'a sollicité la moindre intervention de la part de Jean-Pierre Jouyet sur un quelconque sujet politique"

Qui est Antoine Gosset-Grainville ?

Le troisième homme du déjeuner est un ancien inspecteur des finances, devenu avocat. Il a été directeur adjoint de cabinet de François Fillon à Matignon, entre 2007 et 2010, puis est devenu le bras droit de Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts, avant le départ de ce dernier pour l'Elysée. "Je suis proche des deux hommes, pour avoir travaillé avec l'un et avec l'autre, en direct, explique-t-il au Figaro. J'ai une relation d'amitié avec les deux." 

Qui a organisé le déjeuner ?

Un des points de divergence entre François Fillon et Jean-Pierre Jouyet concerne l'organisation du déjeuner, qui a eu lieu le 24 juin dans une salle isolée d'un restaurant situé près de l'Elysée. Selon Antoine Gosset-Grainville, c'est Jean-Pierre Jouyet qui est à l'origine de la rencontre, ce que le secrétaire général de l'Elysée dément.

"En juin, la secrétaire de Jean-Pierre Jouyet à l'Elysée a pris contact avec la mienne, pour proposer un déjeuner à trois, François Fillon, lui et moi, affirme-t-il. J'ai soumis cette idée à François Fillon qui en a accepté le principe. Le secrétariat de Jean-Pierre Jouyet m'avait d'abord indiqué que ce déjeuner pourrait se tenir à l'Elysée. Avant de nous demander de plutôt trouver un restaurant à l'extérieur [chez Ledoyen], ce que François Fillon préférait également."

De quoi les trois hommes ont-ils parlé ?

L'avocat est "formel", les trois hommes n'ont jamais parlé de l'UMP. "Ce déjeuner n'a pas porté sur des questions de politique nationale, encore moins sur les affaires de l'UMP. (...) Aucun des propos tenus ne pouvait prêter à polémique. Compte tenu des fonctions de l'un et de l'autre, cela m'aurait frappé."

La conversation "a porté d'abord sur les questions européennes, dans le contexte du renouvellement de la Commission à Bruxelles, poursuit Antoine Gosset-Grainville. Ils ont également évoqué la situation économique et sociale du pays. Sur le plan politique, Jean-Pierre Jouyet a évoqué la désignation de Jacques Toubon comme Défenseur des droits, dans le contexte de l'hostilité d'une partie des parlementaires PS à cette nomination."

Que pense-t-il des propos de Jouyet visant Fillon ?

Antoine Gosset-Grainville juge que "beaucoup de choses ont été dites sur cette rencontre dont les développements [le] troublent". Il suggère que les propos de Jean-Pierre Jouyet, qui affirme dans l'enregistrement du Monde que François Fillon a parlé des pénalités de l'UMP, sont infondés. Et il va plus loin : "Je trouve infamant que l'on ait pu prêter à François Fillon des propos aussi éloignés de sa conception de l'engagement politique."