Affaire Baupin : une quatrième plainte a été déposée

La directrice d'Autolib' à Paris, Véronique Haché, a porté plainte en juin contre le député de Paris pour "tentative d'agression sexuelle", révèlent Médiapart et France Inter, mardi.

L\'ancien vice-président de l\'Assemblée nationale Denis Baupin au palais Bourbon à Paris, le 17 mars.
L'ancien vice-président de l'Assemblée nationale Denis Baupin au palais Bourbon à Paris, le 17 mars. (MAXPPP)

Ce nouveau témoignage vient s'ajouter aux 13 déjà recueillis par Médiapart et France inter. Véronique Haché, actuelle directrice d'Autolib' à Paris, a porté plainte en juin contre Denis Baupin, dans le cadre de l'enquête préliminaire pour harcèlement et agression sexuels et appels téléphoniques malveillants, indiquent les deux médias, mardi 13 septembre.

Les faits sont prescrits, mais "ce n’est pas à moi de m’autocensurer", explique l’ancienne conseillère municipale aux Transports de la ville de Paris, Véronique Haché. En 2004, alors qu'il en charge de ce dossier dans l'équipe de Bertrand Delanoë, Denis Baupin entre dans le bureau de sa collaboratrice et lui propose à plusieurs reprises d'avoir une relation sexuelle. Véronique Haché n'en parle à personne. Lorsque l'affaire est révélée en mai, la ligne de défense de l'élu de Paris, prétendant qu'il ne s'agit "que de libertinage", l'enjoint à porter plainte.

Le sujet du libertinage, c'est une façon de renvoyer aux femmes une image d'elles négative, sur le thème : 'Tu n'es pas assez intelligente pour comprendre ce que je veux faire'Véronique Hachéà France inter

Une application pour dénoncer le harcèlement

Il y a un an, Véronique Haché a créé une association pour lancer un site ou une application mobile, et permettre aux femmes de témoigner d'un fait de harcèlement ou d'une agression dans la rue, rapporte Médiapart. "Cela peut être une façon de mesurer ce qui se passe. Une sorte d'AirParif (outil de mesure de la pollution à Paris) du harcèlement."

Début juin, trois responsables écologistes, la députée Isabelle Attard, l'adjointe au maire du Mans Elen Debost, et la secrétaire nationale adjointe d'EELV, Sandrine Rousseau, avaient déjà annoncé avoir porté plainte pour harcèlement sexuel ou agression sexuelle envers Denis Baupin.