Affaire des écoutes : le PNF livre un lourd réquisitoire contre Nicolas Sarkozy

Un réquisitoire attendu depuis plusieurs mois vient d'être révélé par le journal Le Parisien ce samedi 7 octobre. Le parquet national financier vient de requérir le renvoi de Nicolas Sarkozy devant le tribunal correctionnel, dans le cadre de l'affaire des écoutes. 

FRANCE 2

Nicolas Sarkozy comparaîtra-t-il devant un tribunal dans l'affaire dite des écoutes ? Le parquet national financier réclame un procès pour corruption, trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel. Un réquisitoire visant aussi Thierry Herzog, avocat et ami de l'ancien président, et un haut magistrat, Gilbert Azibert, aujourd'hui à la retraite.

Informations confidentielles dans l'affaire Bettencourt

Au cœur de l'enquête, des écoutes téléphoniques de conversations entre Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Ils auraient tenté d'obtenir des renseignements secrets sur l'affaire Bettencourt, dans laquelle l'ancien chef de l'État a été un temps mis en cause. Et voici l'informateur supposé : Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation. En échange, Nicolas Sarkozy se serait engagé à l'aider à obtenir un poste à Monaco. Il l'évoque dans un appel à son avocat en février 2014. L'avocat de Gilbert Azibert dément aujourd'hui les soupçons de corruption et s'indigne des écoutes téléphoniques. Nicolas Sarkozy aurait finalement renoncé à intervenir en faveur du magistrat. A-t-il été entre temps informé de sa mise sur écoute ? Certains enquêteurs le pensent. Pour plus de discrétion, il utilisait des lignes téléphoniques ouvertes sous un nom d'emprunt, Paul Bismuth. Hier soir, ses avocats affirmaient n'avoir pas encore été informés de ce réquisitoire. Ils dénoncent des fuites dans la presse.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, le 14 mai 2017 à Paris.
L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, le 14 mai 2017 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)